ACTUALITES

NEWS

Retrouvez toutes les news ci-dessous et

accédez aux communiqués de presse en cliquant ici.

Find all the news below and

download the press releases by clicking the link above.

BINGO POUR L'ALLEMAND DANIEL DEUSSER ! 

4 juin 2022

L’Allemand Daniel Deusser, en selle sur son Selle Français Bingo Ste Hermelle, s’est offert samedi soir le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari, temps fort de la 39e édition du Longines Global Champions Tour - Jumping International de Cannes. Barragiste avec une jeune jument de 9 ans, Kevin Staut est la satisfaction tricolore du soir.

Il a soufflé. Fort. Très fort. Soulagé d’en avoir terminé avec son barrage avec un superbe double sans faute. Premier à s’élancer parmi les six barragistes du jour dans le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari, l’Allemand Daniel Deusser n’avait plus qu’à attendre le passage de ses adversaires. Les uns après les autres, tous échouèrent sur le chrono établi par son étalon Bingo Ste Hermelle. Le numéro 10 mondial s’offre ainsi son cinquième succès sur le circuit du Longines Global Champions Tour, le premier de cette saison et le deuxième avec son complice, déjà victorieux à Valkenswaard en 2021. Un vrai exploit au regard de la difficulté du parcours tracé par le chef de piste italien Uliano Vezzani. « C’est sans doute le parcours le plus difficile sur sable depuis le début de la saison, avait prévenu le Belge Olivier Philippaerts lors de la reconnaissance. Il y a des combinaisons qui vont arriver vite, beaucoup d’obstacles dans les coins, la lumière des projecteurs, des choix de contrats de foulées délicats et de gros oxers sur la fin. Il faudra des chevaux en très grande forme. » Le Belge avait vu juste. Il faudra en effet attendre Deusser, 15e à s’élancer, pour enfin fêter le premier sans faute du jour. Ils ne seront que cinq à l’imiter jusqu’à l’issue de la première manche. Entre le triple très compliqué, un vertical très étroit à la sortie d’un virage et divers pièges placés un peu partout par le chef de piste, l’accession au barrage relevait d’une équation bien difficile à résoudre. Seuls l’Autrichien Max Kühner, le Français Kevin Staut, le Britannique Ben Maher, l’Américain Spencer Smith et le surprenant Mexicain Fernando Martinez Sommer, déjà vainqueur l’après-midi de l’épreuve qualificative, réussirent à se qualifier pour le dernier acte.  

Au barrage, Deusser plaça d’entrée la barre suffisamment haute pour obliger ses concurrents à prendre des risques. L’Américain Spencer Smith fut en tête au temps intermédiaire mais son dernier virage fut moins efficace que celui de l’Allemand. Il prend néanmoins la deuxième place à 28 centièmes avec son Selle Français Théodore Manciais. Le podium est complété par le Britannique Ben Maher avec Faltic HB, lui aussi sans faute. « Je suis forcément très heureux, se réjouit Deusser. Je ne suis pas sûr que mon cheval était le plus rapide pour un tel tracé. Je pense que j’ai mis quelques foulées de plus à certains endroits. Je savais donc que je devais prendre tous les risques sur la dernière ligne droite. »

En s’imposant sur les bords de la Méditerranée, Daniel Deusser s’offre en plus de ce succès de prestige le précieux « golden ticket » pour la grande finale du circuit à Prague, en novembre, réservé aux vainqueurs de chaque étape. « Prague est un objectif pour tous les cavaliers, confie Deusser. Je suis très heureux de pouvoir déjà être libéré de cet objectif. »

Kevin Staut ravi de sa sixième place

Très belle satisfaction dans le clan tricolore avec la sixième place de Kevin Staut sur Dialou Blue PS, une jeune jument de seulement 9 ans. « Je suis vraiment très heureux de ce résultat, explique le Français. C’était complètement inattendu pour une jument de 9 ans qui n’a pas encore d’expérience. Sincèrement, je ne pensais déjà pas me qualifier pour le Grand Prix. Ensuite, être au barrage alors que la première manche était très difficile, avec la lumière des projecteurs et beaucoup de choses à gérer, c’était très loin d’être évident. Elle était un peu juste au barrage mais c’est normal. C’est surtout très encourageant d’obtenir ce classement avec un cheval que l’on vient aguerrir sur ce niveau. Les chevaux vont vraiment bien en ce moment et sont dans une bonne dynamique. C’est franchement chouette. » Belle performance également de François-Xavier Boudant et Brazyl du Mezel, très bon 9e et qui confirme les beaux résultats acquis ces dernières semaines avec ce hongre de 11 ans.

Au classement général du Longines Global Champions Tour, Christian Ahlmann, 8e à Cannes sur Solid Gold Z, avec un « quatre points » très rapide, conforte sa place de leader après sept des quinze étapes du calendrier. Il devance toujours le duo belge Pieter Devos et Niels Bruynseels. Tous les acteurs se retrouveront désormais dans deux semaines à Stockholm avant de poursuivre leur saison à Paris, sur le Champ de Mars (24-26 juin), à Monaco, sur le Port-Hercule (30 juin-2 juillet), à Londres (19-21 août) etc.  

GCL : Les Prague Lions n’ont pas tremblé

Le suspense dans la seconde manche de la GCL presented by Constance Hôtels fut entier, intense. Dernier cavalier à s’élancer, le Belge Niels Bruynseels n’avait pas le droit à la moindre faute pour permettre à sa formation des Prague Lions de l’emporter. Sur Delux van T&L, il a assuré un tracé parfait et arraché une victoire laissée en suspens par son coéquipier et compatriote Pieter Devos, surpris comme beaucoup sur le troisième double du parcours dessiné par Uliano Vezzani. « Je savais ce que j’avais à faire, commente Bruynseels. Mon cheval est en super forme et j’avais confiance. » Seule équipe sans le moindre point de pénalité à l’issue de la première manche disputée jeudi, les Prague Lions, déjà vainqueurs à Saint-Tropez, avaient choisi de remplacer le jeune Américain Brian Moggre par le Belge Niels Bruynseels. « Brian a fait un super boulot jeudi, souligne Devos. La stratégie a été de faire rentrer un cheval frais ce samedi et ça s’est avéré payant. »  

Sur le parcours de 13 obstacles (dont trois doubles soit 16 sauts), de nombreux couples se firent surprendre en fin de parcours. Grâce à un meilleur chrono (addition des temps réalisés par les deux couples), les Shanghai Swans de Christian Ahlmann et Max Kühner arrachent la deuxième place aux Madrid in Motion d’Eric et Maikel Van der Vleuten. « Christian a été super et mon cheval a aussi très bien sauté, commente Kühner. On aurait aimé gagner mais on va se satisfaire de cette deuxième place. Après un début de saison difficile, c’est je l’espère un nouveau départ pour notre équipe. » Malgré leur relative contre-performance, les Berlin Eagles (8e), conservent la tête du classement général. Mais avec seulement 7 points entre les quatre premières équipes, rien n’est évidemment joué. 

À titre individuel, la victoire est revenue au surprenant Mexicain Fernando Martinez Sommer, auteur du tour le plus rapide avec l’étalon Charlie Harper, plus de deux secondes devant le champion olympique par équipe et numéro 3 mondial, le Suédois Henrik von Eckermann, sur King Edward. Aucun des neuf Tricolores engagés n’est parvenu à sortir de piste sans point de pénalité. Seul Simon Delestre (Tinka’s Hero Z), 14e avec 1 point de temps, n’a pas fait tomber la moindre barre. L’épreuve servait également de qualification pour le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes presented par by Volvo Groupe Cavallari (seuls les 35 premiers qualifiés). Parmi les principaux éliminés, les Français Aurélien Leroy (37e avec Vendome d’Ick, 8 points), Olivier Robert (40e avec Iglesias D.V., 8 points), Julien Anquetin (43e avec Z Ice Cube Z, 12 points), mais aussi le Belge Abdel Saïd (36e sur Arpège du Ru, 8 points), l’Irlandais Shane Breen (38e avec Z7 Ipswich, 8 points), l’Australienne Edwina Tops-Alexander (41e avec Fellow Castlefield, 8 points), le Brésilien Yuri Mansour (44e avec QH Alfons Santo Antonio, 12 points).

CSI 1* : Le Grand Prix prend l’accent britannique 

Au terme d’un barrage à trois, la Britannique Claire Beecroft, sur Kandora, jument BWP de 12 ans, a remporté le Grand Prix Direction des Sports de la Ville de Cannes, épreuve majeure du CSI 1*. « Ma jument est juste incroyable, s’enthousiasme la cavalière habituée des épreuves du circuit Longines Global Champions Tour (2e l’an dernier du CSI 1* de l’étape de Paris). Elle était très sensible avant le départ et j’ai dû être très vigilante. C’est génial de gagner ici à Cannes avec en plus mes amis qui étaient présents. » Deuxième à près d’une seconde, Patrice Planchat, sur Galopeur de Reville, se réjouissait lui aussi d’un week-end particulièrement réussi avec déjà un podium vendredi. Satisfaction également pour le cavalier de Roquebrune-sur-Argens de voir son fils Sébastien sur la troisième marche du podium avec Valentino v. Z. et son épouse Patricia également invitée à la remise des Prix (6e). « C’est un grand plaisir d’être ici en famille, se réjouit Sébastien, 19 ans, troisième. Surtout dans mon concours préféré. C’est la 4e fois que j’y participe mais pour la première fois dans le grand tour du CSI 1*. C’est impressionnant mais ce n’est que du bonheur. J’ai abordé le barrage pour gagner mais peu importe, je suis tellement content d’être là. »  

En ouverture de la journée, l’Américaine Erika Jakobson sur Pembroke 3 s’était adjugé le Prix Bord Sol (1,30m) en réalisant le seul sans faute de l’épreuve devant l’Albanais Klodian Allajbeu, vainqueur jeudi avec son Selle Français Avalon du Carpont. Dans le Prix Da’Laura Cannes (1,15m), l’hymne belge fut à l’honneur grâce à Kasper de Boeck, 15 ans, sur Gerenia, le plus rapide des six sans faute du jour. 

François Bourey : "Le pari est tenu !"

"Retour réussi, se réjouit François Bourey, Président du Jumping International de Cannes. Nous étions complets ce soir, cela prouve que le jumping était vraiment attendu. C’était un vrai défi de repartir sur un événement de cette qualité après deux années d’absence car nous avons eu l’accord de la ville il y a seulement deux mois et je dois dire que le pari est tenu. L’année prochaine ce sera la 40e édition du concours, nous avons à cœur d’en faire une grande fête. Ce sera un moment particulier. Nous avons d’ailleurs commencé à en parler avec Jan Tops ce soir et avons de beaux projets sur lesquels nous allons travailler dans les prochains mois. Je souhaite avant tout remercier la ville et Monsieur David Lisnard, maire de Cannes qui a toujours soutenu le concours et fait en sorte de l’accueillir dans des conditions optimales notamment au travers des dernières rénovations mais aussi de celles à venir qui devraient voir le jour en 2023 puis en 2024. J’ai abordé cette 39e édition comme si j’organisais mon premier international et ressenti les mêmes émotions qu’à mes débuts ce qui est absolument merveilleux. L’équipe d’organisation, le public, les bénévoles l’ambiance, les sponsors présents, tout était génial. Rendez-vous en 2023 !"

Germany’s Daniel Deusser, riding his Selle Français Bingo Ste Hermelle, won the Longines Global Champions Tour Grand Prix of Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari on Saturday evening, the highlight of the 39th Longines Global Champions Tour - Jumping International de Cannes. Qualifying for the jump-off with a 9 year old mare, Kevin Staut was France’s hero of the Saturday evening. 

He gave a huge sigh of relief, absolutely huge! Relieved to have finished his jump-off with a superb double clear round. First to go out of the six qualified for the jump-off in the Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari, Germany’s Daniel Deusser only had to wait for his opponents to go one by one. One after the other, they all failed to beat the time he set with his stallion Bingo Ste Hermelle. The World number 10 thus achieved his fifth success on the Longines Global Champions Tour, the first this season and the second with his accomplice, who was already victorious in Valkenswaard in 2021. A real achievement considering the difficulty of the course built by the Italian course designer Uliano Vezzani.  “It’s without doubt the most difficult course on sand since the beginning of the season”, warned Belgium’s Olivier Philippaerts whilst walking the course. “There are combinations that’ll come quickly, a lot of jumps in the corners, floodlights, difficult stride choices and huge oxers at the end. We'll need very fit and clever horses.” The Belgian was right. Indeed, it wasn’t until Deusser, 15th to take the start, that the first clear round of the day was finally celebrated. There were only five to follow him at the end of the first round. Between the very complicated triple, a very narrow vertical coming out of a turn and various other difficult questions scattered everywhere by the course designer, access to the jump-off became a very tricky equation to solve. Only Austria's Max Kühner, France's Kevin Staut, Great Britain's Ben Maher, the USA's Spencer Smith and the surprising Mexican Fernando Martinez Sommer, who had already won the afternoon's qualifier, made it to the last act.

In the jump-off, Deusser set the bar high enough to force his opponents to take risks. The American Spencer Smith was slightly up on time part way through, but his last turn was less effective than the German's. Finishing twenty eight hundredths of a second slower with his Selle Français Théodore Manciais, he nevertheless took second place. The podium was completed by Great Britain’s Ben Maher with Faltic HB, also clear. “I am obviously very happy,” said Deusser. “I’m not sure that my horse was the fastest for tackling such a course. I think in some places I actually put in a few extra strides.  I knew I had to take every risk in the last line.” 

By winning on the Mediterranean coast, Daniel Deusser has also gained his precious "golden ticket" for the grand final of the circuit in Prague in November, reserved for the winners of each leg. “Prague is a goal for all the riders,”confided Deusser. “I'm very pleased to have already achieved this objective”.

Kevin Staut delighted with his sixth place

Kevin Staut's sixth place on Dialou Blue PS, a mare who is only 9 years old, gave satisfaction to the French team. “I’m really happy with this result,” explained the Frenchman. “It was completely unexpected for an inexperienced 9 year old mare. Honestly, I didn't even think I would qualify for the Grand Prix. Then, to be in the jump-off when the first round was very difficult, with the light from the spotlights and a lot of things to manage, it was far from easy. She was a bit lacking in the jump-off but that's normal. It's very encouraging to get this result with a horse that we've bought to just gain experience at this level. The horses are doing really well at the moment and are in a good dynamic. It's really nice.” François-Xavier Boudant and Brazyl du Mezel also put in a good performance, finishing 9th and confirming his good results achieved in recent weeks with this 11 year old gelding.

In the overall rankings of the Longines Global Champions Tour, Christian Ahlmann, 8th in Cannes on Solid Gold Z, with a very fast "four faults", confirms his place as leader after seven of the fifteen dates on the calendar. He is still ahead of the Belgian duo Pieter Devos and Niels Bruynseels. All the actors will meet again in a fortnight in Stockholm, before continuing their season in Paris, on the Champ de Mars (24-26 June), in Monaco, on the Port-Hercule (30 June-2 July), and in London (19-21 August) etc. 

GCL: The Prague Lions didn’t falter

The suspense in the second round of the GCL presented by Constance Hotels was intense. The last rider to go, Belgium’s Niels Bruynseels, didn’t have any room for error if he was to allow his Prague Lions team to win. Riding Delux van T&L he rode a perfect round snatching the victory left hanging by his teammate and compatriot Pieter Devos, who was surprised like many by the third double of the course designed by Uliano Vezzani. “I knew what I had to do," commented Bruynseels. “My horse is in great form and I was confident.” The only team without a single penalty point in Thursday's first round, the Prague Lions, who had already won in Saint-Tropez, had chosen to replace the young American Brian Moggre by Belgium’s Niels Bruynseels. “Brian did a great job on Thursday”, said Devos. “The strategy was to bring in a fresh horse on Saturday and it has certainly paid off.”   

Over the 13 obstacle course (three of which were doubles, so 16 jumping efforts), many couples were caught out at the end. Thanks to a better time (addition of the times achieved by the two team members), the Shanghai Swans of Christian Ahlmann and Max Kühner took second place from the Madrid in Motion team composed of Eric and Maikel Van der Vleuten. “Christian was super and my horse also jumped very well”, said Kühner. “We’d have liked to win but we’ll be satisfied with this second place. After a difficult start to the season, I hope this will be a new start for our team”. Despite their relatively poor performance, the Berlin Eagles (8th), remain at the top of the overall placings. But with only seven points between the top four teams, it’s certain that nothing is decided.  

The individual victory went to the surprising Mexican, Fernando Martinez Sommer, who rode the fastest round with the stallion Charlie Harper, more than two seconds faster than the Olympic team champion and World n°3, Sweden’s Henrik von Eckermann, on King Edward. None of the nine French riders competing managed to leave the ring clear. Only Simon Delestre (Tinka's Hero Z), 14th with 1 time fault, left all the poles in their cups. The class also served as a qualifier for the Longines Global Champions Tour Grand Prix of Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari (only the first 35 qualified). Among the riders who failed to qualify were France’s Aurélien Leroy (37th with Vendome d'Ick, 8 faults), Olivier Robert (40th with Iglesias D.V., 8 faults), Julien Anquetin (43rd with Z Ice Cube Z, 12 faults), but also the Belgian Abdel Saïd (36th with Arpège du Ru, 8 faults), Ireland’s Shane Breen (38th with Z7 Ipswich, 8 faults), Australia’s Edwina Tops-Alexander (41st  with Fellow Castlefield, 8 faults), Brazil’s Yuri Mansour (44th with QH Alfons Santo Antonio, 12 faults).

CSI 1* : The Grand Prix takes on a British accent

Following a jump-off contested by three competitors, it was Great Britain's Claire Beecroft, riding the 12-year-old BWP mare Kandora, who emerged victorious in the Direction des Sports de la Ville de Cannes Grand Prix, the big class of the CSI 1* competition. “My mare is just incredible”, enthused the rider who is used to the Longines Global Champions Tour events (2nd last year in the CSI 1* in Paris). “She was very sensitive before the start and I had to be very careful. It's great to win here in Cannes, in addition with my friends who were watching”. Second by nearly a second, Patrice Planchat, on Galopeur de Reville, was also delighted with a particularly successful weekend with already a podium on Friday. Satisfaction also for the rider from Roquebrune-sur-Argens to see his son Sébastien on the third step of the podium with Valentino v. Z. and his wife Patricia also invited to the prize-giving ceremony (6th). “It's a great pleasure to be here with my family”, said the 19 year-old Sébastien, third. “Especially at my favourite competition. It's the fourth time I've taken part but my first time in the big class of the CSI 1*. “It was imposing but quite simply a moment of pure happiness. I went into the jump-off to win but it doesn't matter, I'm so pleased to be here.”    

In the opening race of the day, American Erika Jakobson on Pembroke 3 won the Prix Bord Sol (1.30m) with the only clear round of the event ahead of Albanian Klodian Allajbeu, winner on Thursday with his Selle Français Avalon du Carpont. In the Prix Da'Laura Cannes (1,15m), the Belgian anthem was honoured thanks to Kasper de Boeck, 15 years old, on Gerenia, the fastest of the six clear rounds of the day. 

François Bourey : "We did it!"

“A successful return”, rejoiced François Bourey, President of the Jumping International de Cannes. “We had a full house this Saturday evening, which proves that the return of the jumping was really eagerly awaited. It was a real challenge to return to an event of this quality after an absence of two years, because we only obtained the agreement of the town two months ago and I must say that our bet paid off. Next year will be the 40th anniversary of the competition, and we are determined to have a big celebration. It’ll be a special moment. We started talking about it with Jan Tops this Saturday evening and we’ve some great ideas that we’ll be working on over the coming months. I’d like above all to thank the town and Mr. David Lisnard, the Mayor of Cannes, who has always supported the competition and made sure that it’s held in the best possible conditions, notably through the last renovations but also through those to come, which should see the light of day in 2023 and 2024. I approached this 39th edition as if I were organising my first international and experienced the same feelings as when I started, which is absolutely wonderful. The organising team, the public, the volunteers, the atmosphere, the sponsors present, everything was fantastic. See you in 2023!”

 

ÉPAILLARD S'OFFRE LE PREMIER RÔLE ! 

3 juin 2022

Nouvelle journée de gala au stade des Hespérides avec en point d’orgue du deuxième acte de la 39e édition du Longines Global Champions Tour - Jumping International de Cannes, le succès de Julien Épaillard et Donatello d’Auge dans la grosse épreuve du jour. Les meilleurs cavaliers mondiaux se retrouveront ce samedi pour la seconde manche de la GCL presented by Constance Hôtels et le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari, bouquet final de ces trois jours de compétition. 

 

« Bravo Julien ! » « Super Julien ! » Au paddock, tous viennent féliciter Julien Épaillard. Dernier des six barragistes du Prix JW Marriott Cannes, la grosse épreuve du jour, le Belge Nicola Philippaerts est certes sorti de piste avec un nouveau sans faute, mais à près de deux secondes du Tricolore. Fin du suspense. Le Français le mieux classé au ranking mondial (n°12) ajoute un succès supplémentaire à son palmarès. Un succès qu’il doit beaucoup à Donatello d’Auge, un jeune hongre de seulement 9 ans par Jarnac, né chez lui. « Il a suivi le cursus de jeunes chevaux chez moi, explique le vainqueur du jour. Il a été monté jusqu’à 8 ans par mon cavalier Séverin Sigaud. Il a fini 3e d’un Grand Prix 2 étoiles à Saint-Lô et je l’ai récupéré cet hiver. Je l’ai débuté tranquillement à Oliva. C’était ce soir sa deuxième 150. Sa première était à Ramatuelle il y a deux semaines et il l’avait déjà gagnée, juste après avoir remporté un Grand Prix 2 étoiles à Grimaud. C’est vraiment un cheval d’avenir et de championnat. J’ai rarement monté un cheval de cette qualité. » Dans l’après-midi, Donatello d’Auge avait déjà montré tout son potentiel avec un premier sans faute dans le Prix Nice Matin. Un parcours de chauffe sans prendre de risques démesurés. Deuxième à s’élancer dans le barrage de la soirée, Julien Épaillard a cette fois démontré toute sa science des courbes et des trajectoires. « J’ai vraiment essayé de mettre la pression sur mes adversaires en les poussant à la faute, analyse le cavalier. C’est le jeu. C’était la première fois que Donatello évoluait sous les projecteurs mais il a parfaitement géré ce nouveau facteur. Je crois qu’il a beaucoup appris encore ce soir. » Le Néerlandais Maikel Van der Vleuten avec Elwikke s’est certes approché à 23 centièmes mais n’a pu priver le Français du succès. Avec son fidèle Hermès Ryan, toujours fringant à 17 ans, Simon Delestre crut longtemps pouvoir inquiéter son compatriote. Mais une faute en fin de barrage le reléguait au pied du podium malgré le même chrono que le vainqueur du jour.

Côté tricolore, à souligner également le beau tir groupé de Roger-Yves Bost (9e avec Urane), Aurélien Leroy (10e avec Croqsel de Blaignac) et Julien Anquetin (11e avec Ivizi).

Prix Nice Matin : l’Allemand Vogel prend son envol

Dans le Prix Nice Matin, épreuve à 1,45m au chrono, l’Allemand Richard Vogel s’est offert sa deuxième Une du week-end. Déjà vainqueur jeudi, le jeune cavalier de 25 ans, 78e mondial, a récidivé, toujours en selle sur son hongre de 11 ans Caramba (par Comme Il Faut), avec lequel il s’est imposé fin avril dans le Grand Prix du CSI2* de Riesenbeck. « Dès la première journée, j’ai senti qu’il était à l’aise sur cette piste, explique-t-il. Je suis vraiment heureux de pouvoir renouveler une telle performance deux jours de suite. C’est un cheval très intelligent et très sûr ce qui est très précieux dans une épreuve de vitesse comme celle-là. Demain en revanche dans le Grand Prix, je monterai mon étalon Caracho qui est aussi très en forme comme le montre sa troisième place jeudi dans la grosse épreuve. » En tête une longue partie de l’épreuve sans jamais être vraiment inquiété si ce n’est par l’Écossais Scott Brash, plus rapide de près de deux secondes mais coupable d’une faute sur le dernier obstacle, l’Allemand s’est fait des frayeurs avec le passage des derniers concurrents. Le Néerlandais Jur Vrieling (Griffin van de Heffinck) se rapprochait d’abord à deux secondes. Juste derrière lui, l’Allemand Christian Kukuk (Cemal) entrait lui aussi dans le top 5. Avant-dernier à s’élancer, le Français François-Xavier Boudant avec son jeune Diamant de Riverland (9 ans par Diamant de Semilly) était proche de tout renverser mais restait finalement à 61 centièmes de Vogel. Ultime frisson avec le passage de l’Irlandais Shane Breen et sa jument Haya. Au paddock, l’Allemand crut avoir laissé échapper la victoire en entendant la réaction du public au passage du dernier obstacle. Mais pour 14 centièmes, il conservait le leadership juste devant Breen donc, et Boudant. « Je suis content pour un premier Cannes, se réjouit le Tricolore, 141e mondial. Je l’ai amené ici sur les deux petites épreuves pour qu’il prenne de l’expérience sur des épreuves de standing. Il a super bien sauté les deux jours avec une petite faute hier et donc le sans faute aujourd’hui et une troisième place. En passant à la fin, c’était assez grisant. Le chrono allait de plus en plus vite et ça donne forcément envie de tenter. »

Belle satisfaction également dans le clan tricolore avec la 8e place d’Olivier Robert, en selle sur Careca Ls Elite. « Je suis content de Careca qui avait un bon mouvement dans le saut tout au long de son parcours, souligne le Bordelais. C’était son premier parcours du week-end. Avec Iglesias qui a participé aux épreuves de jeudi, ce sont des chevaux que je connais très peu puisqu’ils sont arrivés seulement cette année dans mes écuries. On apprend à se connaître. Il y avait besoin de renouveler et je suis vraiment satisfait des deux chevaux. J’ai un très bon feeling. On va travailler, travailler et encore travailler. »

Un CSI 1* très international

L’hymne belge a lancé la journée des épreuves du CSI 1* grâce au succès de Kasper de Boeck (Gerenia), seul double sans faute des trois barragistes dans le Prix Sellerie Nice Horse (1,15 m). Il devance la Française Laura Sorabella (Luigi Da Texuga). Dans le Prix Hôtel Cannes Riviera (1,30 m), la Tchèque Valentyna Kukova (Oak’s Grove’s Laith), dernière à s’élancer dans un barrage à six, a coiffé les trois Britanniques qui s’étaient jusqu’alors accaparé le podium. La Grande-Bretagne prenait aussitôt sa revanche dans le Prix de Cazanove (épreuve de vitesse à 1,40 m) avec le succès d’Olivia Sponer sur Crazy Girl, couple déjà vainqueur jeudi, devant sa compatriote Claire Beecroft (Kandora) et le Français Patrice Planchat (Galopeur de Reville). « Je suis super content de ce podium, confie le Tricolore installé à Roquebrune-sur-Argens. Cannes est un super concours et c’est un immense plaisir de revenir après deux années. Ça nous avait bien manqué. Je suis d’autant plus heureux que ce cheval est né à la maison dans notre élevage. Un copain l’a acheté à 6 ans et nous a fait confiance. » Le couple français sera bien évidemment au départ du Grand Prix ce samedi.  

Bouquet final ce samedi 

L’intensité va encore monter de plusieurs crans ce samedi à l’occasion de la troisième et dernière journée du concours. Les cavaliers amateurs du CSI 1* entreront en piste dès 12 heures avec en point d’orgue le Grand Prix Direction des Sports de la Ville de Cannes à 15h. Mais toutes les attentions seront tournées vers les deux épreuves du CSI5*. À 17h45, la seconde manche de la GCL presented by Constance Hôtels opposera les seize équipes du championnat. Seule formation à avoir aligné deux sans faute jeudi soir grâce au Belge Pieter Devos et l’Américain Brian Moggre, les Prague Lions partiront avec un avantage conséquent. Mais attention à ne pas laisser la moindre ouverture. Avec cinq équipes placées juste derrière à seulement une barre de retard, tout est encore possible. Cette épreuve servira également de qualification pour le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari (21h15), septième des quinze étapes du prestigieux circuit LGCT. Seuls les 35 meilleurs cavaliers gagneront leur billet pour l’épreuve reine de la semaine et pourront espérer succéder au Belge Niels Bruynseels, vainqueur en 2019 avec Gancia de Muze. 

CANNES A RETROUVÉ SES ÉTOILES ! 
2 juin 2022

La 39e édition du Longines Global Champions Tour - Jumping International de Cannes a débuté ce jeudi au stade des Hespérides sous le grand ciel bleu de la Riviera. Le Belge Pieter Devos et l’Américain Brian Moggre, vainqueurs par équipe de la première manche de la GCL pour les couleurs des Prague Lions et le Belge Abdel Saïd, vainqueur en individuel de la grosse épreuve du jour, ont parfaitement lancé leur séjour cannois. Côté tricolore, Julien Anquetin, François-Xavier Boudant et Aurélien Leroy se sont montrés les plus à leur avantage.

Cannes est définitivement la ville des stars. Si dans les rues de la ville, les étoiles du cinéma s’affichent encore sur les murs quelques jours seulement après la clôture du Festival, les stars du saut d’obstacles se sont retrouvées ce jeudi au stade des Hespérides. Une enceinte récemment rénovée, mais qui depuis des décennies a vu défiler les grands noms du sport comme, en 1946, le boxeur Marcel Cerdan (sous les yeux d’Édith Piaf), les joueurs du club de l’AS Cannes ou encore l’équipe de France de tennis venue disputer en 1994 un quart de finale de Coupe Davis.

Épreuve la plus importante de ce jeudi, la première manche de la GCL, Prix Caisse d’Épargne Côte d’Azur, disputée en nocturne a offert un très beau spectacle sur le parcours dessiné par le chef de piste italien Uliano Vezzani. Dans cette compétition par équipe (16 équipes de deux cavaliers), le Belge Pieter Devos (Nascar van’T Siamshof) et l’Américain Brian Moggre (MTM Vivre le Rêve) furent les premiers à rendre un score doublement vierge pour les Prague Lions. Les premiers et les seuls avec à la clé un bel avantage avant la seconde manche de samedi. « Nous avons fait du bon travail, confie Pieter Devos. Le parcours était assez délicat avec du matériel très léger. Le terrain est également un peu en pente ce qui rend les abords parfois plus complexes. Personnellement, je suis très heureux de mon cheval qui n’a encore que 9 ans. Il a débuté il y a peu sur ce circuit et je me demandais comment il allait réagir ce soir avec notamment les projecteurs. Il a confirmé qu’il était un cheval d’avenir. » Même satisfaction chez son jeune coéquipier de seulement 21 ans. « C’est incroyable, s’exclame l’Américain. C’est ma première année sur ce circuit que je regarde depuis de nombreuses années. Je suis vraiment reconnaissant de pouvoir y participer avec de tels cavaliers. Vivre le Rêve est un cheval que j’ai depuis sept ans et cela me rend encore plus heureux. » Reste désormais à confirmer samedi (17h45). « Nous n’en sommes qu’à la moitié du chemin, tempère Devos. Nous savons très bien que les choses peuvent être bouleversées. » « Si nous réalisons à nouveau un double sans faute, nous sommes assurés de l’emporter, calcule fort justement Moggre. On croise les doigts pour faire d’aussi beaux parcours que ce soir. » Avec cinq équipes en embuscade à seulement quatre points, le suspense reste entier.

Abdel Saïd le plus rapide  

Dans le classement individuel de cette épreuve, le Belge Abdel Saïd, 58e mondial, a réalisé un impressionnant tour avec sa jument Selle Français Arpège du Ru, 12 ans, fille d’Apache d’Adriers, déjà vainqueure du Grand Prix du CSI 5* de Wellington en mars dernier. « J’adore ce concours de Cannes, lâche le Belge d’origine égyptienne. C’est un rendez-vous ancien, avec beaucoup de charme et je suis très heureux d’y revenir. Même si j’aurais pu monter un peu mieux, ma jument a très bien sauté. Elle était un peu excitée. C’est un cheval français, ce que je préfère. Parfois, avec cette formule par équipe, il est difficile de savoir s’il faut assurer le sans-faute ou aller vite. Ce soir, mon coéquipier (le Japonais Mike Kawai) ayant fait deux fautes avant moi, je devais donc aller vite et prendre des risques. Ce n’était pas mon plan à l’origine, mais tout s’est bien passé. » Il devance le Néerlandais Johnny Pals (Zarkava Hero Z) et l’Allemand Richard Vogel (Caracho). Au pied du podium, François-Xavier Boudant est le meilleur des Tricolores avec son Selle Français de 11 ans Brazyl du Mezel. Aurélien Leroy sur Vendome d’Ick signe une très belle 7e place avec également un sans-faute.

Quelques heures auparavant, en ouverture du CSI 5*, dans le Prix Hôtel Juliana Cannes, épreuve à 1,45m en deux phases, l’Allemand Richard Vogel, 25 ans, s’était montré le plus rapide en selle sur Caramba 92, hongre de 11 ans. « Je suis très heureux de la façon dont mon cheval a sauté, commente-t-il. C’est une belle manière de débuter le week-end. Caramba est un cheval très sûr et très intelligent. Il semble bien se sentir sur cette piste. »

Un peu moins d’une seconde derrière l’Allemand, le Français Julien Anquetin (93e mondial), sur Ivizi, KWPN de seulement 9 ans, semblait lui aussi très heureux de sa deuxième place. « Je suis vraiment satisfait, car c’est la première fois qu’il participe à une épreuve du Global, se réjouit le Tricolore. Il est très performant sur les 145-150. Aujourd’hui, il confirme qu’il est en bonne forme. Il va ressauter vendredi la 145 et en fonction du sentiment que j’aurai, on verra pour la suite du concours. » Le Danois Andreas Schou complète le podium avec I Know. Simon Delestre, 4e avec Tinka’s Hero Z, Kevin Staut, 7e avec Émir de Moens Harcour ou encore Aurélien Leroy, 12e avec Croqsel de Blaignac offrent à la France une jolie présence aux avant-postes.  

CSI 1* : Les Britanniques fêtent le jubilé de leur Reine

En début d’après-midi, les concurrents du CSI 1* ont pu eux aussi profiter de la piste des champions. Les Britanniques ont fêté à leur manière le jubilé de leur reine Elizabeth II avec deux succès sur les trois épreuves du jour. Kathryn Fanshawe, 25 ans, a écrasé la concurrence dans le Prix Massey Ferguson (1,10m), en selle sur Bow House Red, hongre qui lui avait déjà permis de s’imposer à deux reprises à Saint-Tropez il y a deux semaines. Sa très jeune compatriote (15 ans) Olivia Sponer, sur Crazy Girl, en a fait de même dans le Prix Nostalgie (1,35m). Seul l’Albanais Klodian Allajbeu, sur son Selle Français Avalon du Carpont, a réussi à empêcher un grand chelem britannique avec une victoire dans le Prix Cristina Sport-Ausica (1,25m).

Vendredi, début des épreuves à 12h30

Vendredi, les épreuves du CSI 1* lanceront la deuxième journée du concours dès 12h30 (entrée libre pour les épreuves du CSI 1*). Les acteurs du CSI 5* entreront en lice à 18h30 avec le Prix Nice Matin (1,45m) avant le temps fort du jour, le Grand Prix JW Marriott Cannes épreuve à 1,55 m, programmée à 21 heures. De quoi faire monter encore un peu plus la température avant le bouquet final de samedi où s’enchaîneront notamment la seconde manche de la GCL presented by Constance Hotels (18h30) et le Grand Prix du Longines Global Champions Tour de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari (21 heures).  

CANNES REFAIT SON CINÉMA!

CANNES YET AGAIN ROLLS THE RED CARPET! 
30 mai 2022

Le stade des Hespérides s’apprête à vivre trois jours de gala, du 2 au 4 juin, avec la présence des meilleurs cavaliers mondiaux réunis pour la 39e édition du Jumping International de Cannes, concours du Longines Global Champions Tour courtisé par les plus grands. La promesse d’un véritable festival sportif avec les meilleurs Tricolores, de multiples champions olympiques et la moitié du top 15 mondial au rendez-vous ! 

Des stars peuvent en cacher d’autres. Moins d’une semaine après la clôture de son Festival du cinéma, Cannes va à nouveau dérouler son tapis rouge pour accueillir les plus grands du saut d’obstacles. Septième des quinze étapes du Longines Global Champions Tour, le Jumping International de Cannes affichera une fois encore un plateau exceptionnel. Quelques-uns des meilleurs cavaliers mondiaux se sont en effet donné rendez-vous au stade des Hespérides pour ce concours historique, l’un des six rendez-vous présents au calendrier du circuit de Jan Tops depuis sa création, en 2006. Samedi 4 juin, à 21h15, le Grand Prix Longines Global Champions Tour de la Ville de Cannes offrira un véritable bouquet final aux trois jours de compétition. 

Venu défendre son titre acquis en 2019 avec Gancia de Muze, le Belge Niels Bruynseels aura fort à faire pour conserver sa couronne. Troisième du classement mondial, le Suédois Henrik von Eckermann, champion olympique par équipe à Tokyo, sera l’un des principaux prétendants tout comme le champion olympique individuel en titre, le Britannique Ben Maher (n°4) ou son compatriote Scott Brash (n°11), vainqueur en à deux reprises à Cannes (2014 et 2016) et recordman des victoires sur le Global avec 12 succès depuis 2006, le Néerlandais Harrie Smolders (n°7), l’Allemand Daniel Deusser (n°10), l’Autrichien Max Kuehner (n°15) et beaucoup d’autres. En grande forme comme le prouve sa victoire samedi dernier sur l’étape du Global Champions Tour de Berlin, Christian Ahlmann, leader du classement provisoire du Longines Global Champions Tour, voudra à coup sûr récidiver. Attention aussi à l’Australienne Edwina Tops-Alexander toujours très à l’aise sur la Riviera avec deux succès en 2010 et 2011 avec Itot du Château. La délégation américaine comptera sur la multi médaillée Laura Kraut, Jessica Springsteen et sur le jeune Spencer Smith, troisième de l’étape de Saint-Tropez. Outre Deusser, les Allemands, très en vue depuis le début de la saison avec déjà quatre succès sur les six premières étapes du circuit, pourront aussi miser sur Christian Kukuk.  

Epaillard, Staut, Delestre, Bost, Robert, principaux atouts tricolores

Côté tricolore, ils seront également nombreux à vouloir imiter Roger-Yves Bost victorieux en 2009 avec Idéal de la Loge, et Pénélope Leprévost, sur la plus haute marche du podium en 2015, avec Ratina d’la Rousserie. Julien Epaillard (n°12), Kevin Staut (n°17) et Simon Delestre (n°22), les trois meilleurs tricolores au classement mondial, seront à Cannes. Bosty, auteur d’un double sans faute le week-end dernier à la Coupe des Nations de Rome, les accompagnera tout comme Jeanne Sadran, Oliver Robert, Julien Anquetin, François-Xavier Boudant ou encore Aurélien Leroy. 

Compétition par équipe de deux cavaliers, disputée sur deux épreuves (jeudi 2 juin à 20h30, et samedi 4 juin, à 17h45), la GCL constituera un autre des temps forts du concours. Actuellement en tête après les six premières étapes, les Berlin Eagles compteront sur Kukuk, la Suissesse Jane Richard et l’Irlandais Eoin McMahon. Vainqueurs à Miami et à Madrid, ils devront se méfier des Stockholm Hearts (les jumeaux belges Olivier et Nicola Philippaerts ou la Britannique Lily Attwood), des Hamburg Giants (Delestre mais aussi les Néerlandais Bart Bles et Jur Vrieling) ou encore des Madrid in Motion (le Néerlandais Maikel et son père Eric van der Vleuten vainqueurs en 2019 sur la croisette et la Suédoise Angelica Augutsson) susceptibles de les devancer au classement général en cas de belle performance à Cannes. 

Comme il est de coutume au Jumping International de Cannes, la fête sera également ouverte aux cavaliers un peu moins expérimentés et aux amateurs éclairés engagés dans le CSI 1*, avec des épreuves organisées chaque jour dès 11 heures (entrée gratuite). 

Some stars can hide others! Less than a week after the curtains came down on its’ Film Festival, Cannes will once again roll out its red carpet to welcome this time the biggest names in show-jumping. The seventh of the fifteen stages that make up the Longines Global Champions Tour, the Jumping International de Cannes will once again see an exceptional line-up. Some of the World's best riders will be at the Hesperides stadium for this historic event, one of the six rendezvous on Jan Tops circuits’ calendar since its creation in 2006. On Saturday June the 4th, at 9.15 pm, the Longines Global Champions Tour Grand Prix of Cannes will offer a fabulous grand finale to the three days of competition.
 

Coming to defend his title acquired in 2019 with Gancia de Muze will be Belgium’s Niels Bruynseels, he will have his work cut out in order to retain his crown. Third in the World rankings, Sweden's Henrik von Eckermann, Olympic team gold medallist in Tokyo, will be one of the main contenders, as will the reigning individual Olympic champion, Great Britain's Ben Maher (n°4) and his compatriot Scott Brash (n°11), already a winner twice at Cannes (2014 and 2016) and record holder of the most victories on the Global with 12 wins since 2006, and not forgetting Dutchman Harrie Smolders (n°7), Germany’s Daniel Deusser (n°10), or Austria’s Max Kuehner (n°15) to name just a few. Christian Ahlmann, the provisional leader on the Longines Global Champions Tour leader board, is in great form as proven by his victory last Saturday at the Berlin leg of the Global Champions Tour and will certainly be aiming for a repeat here. Australia’s Edwina Tops-Alexander who is always very much at ease on the Riviera and who has already two wins to her name, in 2010 and 2011 with Itot du Château, should be watched closely. The American delegation will be counting on multi-medalist Laura Kraut, Jessica Springsteen and on the young Spencer Smith, third at the Saint-Tropez stage. In addition to Deusser, the Germans, who have been in the spotlight since the beginning of the season with four wins out of the first six legs of the circuit, will also be able to count on Christian Kukuk.    
 

Epaillard, Staut, Delestre, Bost, Robert, France’s main assets

Amongst the French clan, there will also be many who will wish to emulate Roger-Yves Bost, winner in 2009 with Idéal de la Loge, and Pénélope Leprévost, on the top step of the podium in 2015, with Ratina d'la Rousserie. Julien Epaillard (n°12), Kevin Staut (n°17) and Simon Delestre (n°22), France’s top ranked riders, will be in Cannes. “Bosty”, who rode a double clear round last weekend at the Nations Cup in Rome, will accompany them as will Jeanne Sadran, Oliver Robert, Julien Anquetin, François-Xavier Boudant and Aurélien Leroy.

The Global Champions League, a two-rider team competition held over two rounds (Thursday 2nd of June at 8.30pm and Saturday 4th of June at 5.45pm), is another highlight of the event. Currently in the lead following the first six rounds, the Berlin Eagles will be counting on Kukuk, Switzerland’s Jane Richard and Ireland's Eoin McMahon. Winners in Miami and Madrid, they will have to be wary of the Stockholm Hearts (the Belgian twins Olivier and Nicola Philippaerts or Great Britain’s Lily Attwood), the Hamburg Giants (Delestre but also the Dutch riders Bart Bles and Jur Vrieling) and the Madrid in Motion team (the Dutch rider Maikel and his father Eric van der Vleuten, winners in 2019 on the “Croisette”, and the Swedish rider Angelica Augutsson), who could well overtake them if they perform well in Cannes.

As is customary at the Jumping International of Cannes, the party will also be open to less experienced riders and amateurs, with classes taking place each day from 11am (free entry) in the CSI 1*.  

 

LES STARS DU SHOW-JUMPING RETROUVENT LEUR JARDIN CANNOIS

THE STARS OF SHOW JUMPING RETURN TO THEIR CANNES PLAYGROUND ! 
04 mai 2022

Le stade des Hespérides s’apprête à vivre trois jours de gala, du 2 au 4 juin, avec la présence des meilleurs cavaliers mondiaux réunis pour la 39e édition du Jumping International de Cannes, concours du Longines Global Champions Tour courtisé par les plus grands. La promesse d’un véritable festival sportif avec les meilleurs Tricolores, de multiples champions olympiques et la moitié du top 15 mondial au rendez-vous ! 

Moins d’une semaine après la clôture de son Festival du cinéma, Cannes va à nouveau dérouler son tapis rouge pour accueillir les plus grands du saut d’obstacles. Septième des quinze étapes du Longines Global Champions Tour, le Jumping International de Cannes affichera une fois encore un plateau exceptionnel. Quelques-uns des meilleurs cavaliers mondiaux se sont en effet donné rendez-vous au stade des Hespérides pour ce concours historique, l’un des six rendez-vous présents au calendrier du circuit de Jan Tops depuis sa création, en 2006. Samedi 4 juin, à 21h15, le Grand Prix Longines Global Champions Tour de la Ville de Cannes offrira un véritable bouquet final aux trois jours de compétition. 

Venu défendre son titre acquis en 2019 avec Gancia de Muze, le Belge Niels Bruynseels aura fort à faire pour conserver sa couronne. Troisième du classement mondial, le Suédois Henrik von Eckermann, champion olympique par équipe à Tokyo, sera l’un des principaux prétendants tout comme le champion olympique individuel en titre, le Britannique Ben Maher (n°4) ou son compatriote Scott Brash (n°11), vainqueur en à deux reprises à Cannes (2014 et 2016) et recordman des victoires sur le Global avec 12 succès depuis 2006, le Néerlandais Harrie Smolders (n°7), l’Allemand Daniel Deusser (n°10), l’Autrichien Max Kuehner (n°15) et beaucoup d’autres. En grande forme comme le prouve sa victoire samedi dernier sur l’étape du Global Champions Tour de Berlin, Christian Ahlmann, leader du classement provisoire du Longines Global Champions Tour, voudra à coup sûr récidiver. Attention aussi à l’Australienne Edwina Tops-Alexander toujours très à l’aise sur la Riviera avec deux succès en 2010 et 2011 avec Itot du Château. La délégation américaine comptera sur la multi médaillée Laura Kraut, Jessica Springsteen et sur le jeune Spencer Smith, troisième de l’étape de Saint-Tropez. Outre Deusser, les Allemands, très en vue depuis le début de la saison avec déjà quatre succès sur les six premières étapes du circuit, pourront aussi miser sur Christian Kukuk.  

Epaillard, Staut, Delestre, Bost, Robert, principaux atouts tricolores

Côté tricolore, ils seront également nombreux à vouloir imiter Roger-Yves Bost victorieux en 2009 avec Idéal de la Loge, et Pénélope Leprévost, sur la plus haute marche du podium en 2015, avec Ratina d’la Rousserie. Julien Epaillard (n°12), Kevin Staut (n°17) et Simon Delestre (n°22), les trois meilleurs tricolores au classement mondial, seront à Cannes. Bosty, auteur d’un double sans faute le week-end dernier à la Coupe des Nations de Rome, les accompagnera tout comme Jeanne Sadran, Oliver Robert, Julien Anquetin, François-Xavier Boudant ou encore Aurélien Leroy. 

Compétition par équipe de deux cavaliers, disputée sur deux épreuves (jeudi 2 juin à 20h30, et samedi 4 juin, à 17h45), la GCL constituera un autre des temps forts du concours. Actuellement en tête après les six premières étapes, les Berlin Eagles compteront sur Kukuk, la Suissesse Jane Richard et l’Irlandais Eoin McMahon. Vainqueurs à Miami et à Madrid, ils devront se méfier des Stockholm Hearts (les jumeaux belges Olivier et Nicola Philippaerts ou la Britannique Lily Attwood), des Hamburg Giants (Delestre mais aussi les Néerlandais Bart Bles et Jur Vrieling) ou encore des Madrid in Motion (le Néerlandais Maikel et son père Eric van der Vleuten vainqueurs en 2019 sur la croisette et la Suédoise Angelica Augutsson) susceptibles de les devancer au classement général en cas de belle performance à Cannes. 

Comme il est de coutume au Jumping International de Cannes, la fête sera également ouverte aux cavaliers un peu moins expérimentés et aux amateurs éclairés engagés dans le CSI 1*, avec des épreuves organisées chaque jour dès 11 heures (entrée gratuite). 

The Hespérides stadium will be welcoming the biggest names in show-jumping from the 2nd to the 4th  of June for the 39th edition of the Jumping International de Cannes, a prestigious stage of the Longines Global Champions Tour. Following a two year interruption due to the health crisis, it’s an exciting return full of promises.

Just a few days after the Cannes Film Festival draws to a close, the Jumping International will in turn welcome its’ stars. There will be no steps to climb, but instead obstacles to jump in order for them to win their Golden Palms. “We’re delighted to be returning to the Hesperides stadium after the health crisis forced us to cancel the competition two years running" said François Bourey, chairman of the Jumping de Cannes since 1982. “The entire team have been working hard over the last few weeks to offer riders and spectators an exceptional event within a completely renovated space. The World's show jumping elite have always remained loyal to our event and we’re looking forward to seeing them again here in Cannes.”
 

On the Longines Global Champions Tour calendar since the circuit was created in 2006, the Cannes show was held for the very first time in 1982,  over the years it has seen some of the greatest names in show-jumping triumph. Because a meeting in Cannes holds a Worldwide attraction, riders from all over the globe have distinguished themselves on the Mediterranean coast.
 

Austria’s Thomas Frühmann was the first, riding his talented The Sixth Sense. The British John Whitaker on the fantastic Milton (1989), Belgium’s Gregory Wathelet with Lantinus 3 (2007), Germany’s Meredith Michaels-Beerbaum and her formidable Shutterfly (2008), Australia’s Edwina Tops-Alexander and her champion selle-français, the small in size but immensely talented Itot du Château (2010 and 2011), Germany’s Marcus Ehning with Plot Blue (2013),  Great Britain’s Scott Brash with Hello Sanctos (2014) and then with Hello Forever (2016), the current Swedish World number 1 Peder Fredricson in 2018, then on Hansson WL, and Belgium’s Niels Bruynseels on Gancia de Muze in 2019, have all won in the Hesperides stadium. All of them are among the greatest talents of the discipline and between them have gathered the most prestigious titles and medals of the last two decades.
 

The Marseillaise has also rang out on several occasions with two members of the 2016 Olympic Gold medal winning team in Rio standing on the top step of the podium, Roger-Yves Bost in 2009 with his stunning Ideal de la Loge, and Pénélope Leprévost in 2015 with Ratina d'la Rousserie.

There is no doubt that the World's best will be keen to offer great sport on the Riviera. After Doha, Miami, Mexico City, Madrid, Saint-Tropez and Hamburg, on the evening of Saturday the 4th of June they will compete in the Longines Global Champions Tour Grand Prix of Cannes, the seventh of the sixteen stages of the Longines Global Champions Tour, the benchmark of show-jumping circuits. Over courses designed and built by the renowned Italian, Uliano Vezzani, their quests for a prestigious win in a Grand Prix endowed with 300,000 euros of prize money (for the CSI 5* classes there is a total prize purse of 557,000 euros), promise thrilling sport. The only competition that pits teams of riders of different nationalities against each other, the Global Champions League, will also see an encounter between the best starting on Thursday the 2nd of June.

Less experienced riders or seasoned amateurs will also have the opportunity to take part in the CSI 1*. The privilege of sharing the same arena with those who are writing the history of their sport, and of enjoying a unique atmosphere that for almost 40 years has made the Jumping de Cannes one of the unmissable events of the season.