ACTUALITES

NEWS

Retrouvez toutes les news ci-dessous et

accédez aux communiqués de presse en cliquant ici.

Find all the news below and

download the press releases by clicking the link above.

PEDER FREDRICSON SUPERSTAR

PEDER FREDRICSON SUPERSTAR

Samedi 9 juin 2018 / Saturday 9th June 2018

Une 37ème édition haute en couleur s’est achevée ce soir sur un Stade des Hespérides conquis. Conquis par la beauté du sport, par la ferveur des passionnés encourageant leurs favoris, par les tandems de la GCL rivalisant d’audace pour imposer leur équipe, par l’exploit de Peder Fredricson et Hansson WL emportant le Grand Prix sous les applaudissements des milliers de spectateurs mais avant tout par les chevaux, véritables stars de ces rendez-vous mondiaux. Ce soir François Bourey, Président du Jumping de Cannes depuis 1982, est également tout sourire : « 2018 est un très beau cru, nous avons assisté à un magnifique spectacle. La rénovation du Stade des Hespérides est un atout indéniable pour le Jumping et pour cela je tiens à remercier à nouveau la Ville de Cannes et son Maire, Monsieur David Lisnard. Les nouvelles tribunes en 2019 permettront d’accueillir encore plus de public, nous avons un outil extraordinaire pour les vingt prochaines années. Le Jumping de Cannes a une belle vie devant lui ! » confiait-il à l’issue de la remise des prix.

Particulièrement attendue, la deuxième manche de la Global Champions League et ses 19 équipes ont fait vibrer les foules qui d’un bout à l’autre des tribunes soutenaient leur duo favori. Un objectif : faire partie des 16 meilleures à l’issue du circuit (16 étapes) afin de se qualifier pour la suprême finale des « GC Play Offs » de Prague en décembre, dotée d’une bourse de 12 millions d’euros ! En tête à l’issue de l’épreuve de jeudi, les Prague Lions, à nouveau représentés par Ales Opatrny/VDL Fakir (CZE) et Niels Bruynseels/Gancia de Muze (BEL) n’ont malheureusement pas égalé leurs performances passées. 8 et 4 points les relèguent à la 5ème place sur cette 7ème étape. Fauteurs de trouble, le « maudit » vertical n°1 et le double n°9 oxer-vertical à une foulée auront mis de nombreux couples dans la difficulté.
Très réguliers depuis le premier rendez-vous de Mexico City, les Valkenswaard United emmenés ici par Alberto Zorzi/Fair Light van’t Heike (ITA) et Jur Vrieling/ VDL Glasgow v. Merelsnest N.O.P. (NED) ont à nouveau montré beaucoup d’aisance sur la piste. Si le premier commet une faute sur l’entrée du n°9, le score nul de son coéquipier et leur temps cumulé, rapide (157’’2), leur permettent de s’imposer sur l’étape cannoise et de conserver leur deuxième place au classement général, derrière les London Knights. Seconds aujourd’hui, les Miami Celtics remontent à la 3ème place au général, ils sont suivis des Cascais Charms (18ème général) puis des London Knights.
Ce Prix Constance le Prince Maurice à 1.55m, qualificatif pour le Grand Prix à suivre était également ouvert aux individuels et offrait donc un classement indépendant. Réalisant une très belle prestation, l’Egyptien Sameh El Dahan prend la tête aux rênes de Suma’s Zorro. Il est suivi d’Olivier Philippaerts et H&M Legend of Love pour la Belgique et du plus célèbre des cavaliers britanniques, John Whitaker sur Cassinis Chaplin.

Pour l’ultime rendez-vous de la soirée - à 1.60m et doté à 300 000 euros - le Longines Global Champions Tour Grand Prix de la Ville de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari, le chef de piste Uliano Vezzani avait concocté un tour aux cotes, considéré par beaucoup comme difficile et délicat. Le triple oxer-vertical-vertical (2 foulées-1 foulée), dos à la sortie, demandait aux cavaliers de tenir leurs chevaux et diminuer la cadence tout en gardant le rebond nécessaire pour en venir à bout tandis que la ligne finale oxer-vertical, au visuel très aéré et après une grande galopade, laissait aux sportifs l’option de faire 6 ou 7 foulées. Un choix difficile puisque nombre d’entre eux ne trouveront pas la solution. Sur les 33 partants, il faudra attendre le huitième concurrent, le « maître » Ludger Beerbaum (GER) pour voir le premier sans faute. Dans les sept autres à se qualifier au barrage, se retrouvent les grands noms de l’équitation mondiale et multiples champions à l’image d’Harrie Smolders (NED), Rolf-Göran Bengtsson (SWE) ou Simon Delestre (FRA). Preuve de leur suprématie, aucun d’entre eux ne fera tomber une barre sur cette deuxième partie et seul le temps servira de juge de paix. Le numéro 1 mondial, Harrie Smolders en selle sur l’incroyable Emerald, met un vrai tempo et passe la ligne d’arrivée à 38’’46. Derrière, le couple Simon Delestre et Hermes Ryan porté par un public acquis à sa cause, galope, sert davantage les courbes mais ne parvient pas à surpasser son prédécesseur avec 38’’53. Très difficilement battable, il faudra l’adresse du Champion d’Europe en titre, Peder Fredricson, et la puissance de Hansson WL pour voler quelques centièmes de plus et passer la ligne d’arrivée en 38’’05 devant les yeux ébahis des spectateurs. « J’ai eu des sensations fantastiques, j’ai pris un vrai plaisir à disputer cette épreuve ! La piste est grande, le tour était très intéressant et nous étions un nombre parfait au barrage. Nous avions tous des chevaux rapides, j’ai peut-être pris un peu plus de risques ? Je suis ravi, c’est une belle victoire et je pense déjà à la grande finale de Prague que j’espère disputer avec Hansson » commentait-il après son parcours.

Premiers à s’élancer ce matin, 34 cavaliers ont participé au Prix Bord Sol à 1.30m pour le CSI1*. Très à l’aise sur la piste azuréenne, la Britannique Nicola Wilson et sa toute bonne Naomi 55 réalisent le doublé en accrochant une 2ème victoire à leur palmarès du week-end après celle de vendredi dans le Prix Giry Traiteur à 1.25m. Derrières elles, Ines van den Bosch/Infinity v. Heffinck (BEL) et Alexandra Crown/Basic (USA) sont respectivement 2ème et 3ème.

À la suite, le Prix Ausica Nature of Crins à 1.15m est remporté par Kaan Demirag et Le Jeune 3 pour la Turquie. La Grande-Bretagne est à nouveau à l’honneur avec la 2ème place de Florence Bellm/Southbound, la France ferme la marche avec la belle prestation de Stéphane Auriol et Gemme de Flandres Z.


Grosse épreuve de la journée, le Prix Croisette Beach Hôtel, vitesse à 1.40m, alignait au départ les 32 meilleurs couples du CSI1*. Grande favorite de l’épreuve, la Suissesse Sandrine Berger a pris des risques sur Calgary XI pour conserver un titre acquis d’une main de maître sur la 1.35m du vendredi et la 1.40m d’hier. Malheureusement, 4 points la priveront de la remise des prix et c’est le tricolore Vincent Bartin, tout feu tout flamme sur Caramba du Ruisseau Z, qui s’empare de la tête. Très en forme, la Britannique Cressy Neads, déjà sur le podium de chaque épreuve disputée, prend à nouveau une 2ème place avec Lordanos Junior. A la 3ème place, on retrouve un fidèle du concours cannois, Ignace Philips sur Carla Colesta. Les Français Guillaume Canet et Mélanie Lemoine Jondet sont 4ème et 5ème.

A colourful 37st edition of this show came to an end this evening in a Hespérides Stadium entirely won over by the event. Enthralled by the beauty of the sport, by the enthusiasm of the fans encouraging their favourites, by the teams in the GCL rivalling audacity, by the achievement of Peder Fredricson and Hansson WL winning the Grand Prix in front of thousands of applauding spectators but above all by the horses, the true stars of the global rendezvous. Tonight François Bourey, Chairman of the Jumping de Cannes since 1982, was also smiling : « 2018 has been an “excellent vintage”, we’ve seen fabulous entertainment. The renovation work undertaken at the Hespérides Stadium has been an undeniable asset for the show and for that I would like to thank yet again the Mayor, David Lisnard and the town of Cannes. New grandstands in 2019 will allow us to welcome even more spectators, we have a remarkable tool for the next twenty years. The Jumping de Cannes has a great future in front of it ! » he confided at the end of the prize-giving ceremony.

Eagerly awaited, the 19 teams in the second round of the Global Champions League really set the crowds alight from one end of the stands to the other as they supported their favourite duos. One aim: be amongst the 16 best when the circuit draws to a close (16 stages) in order to qualify for the big final, the « GC Play Offs » at Prague in December, with 12 million euros to be won ! In the lead following Thursday’s class, the Prague Lions again represented by Ales Opatrny/VDL Fakir (CZE) and Niels Bruynseels/Gancia de Muze (BEL) unfortunately didn’t manage to equal their previous performances. 8 and 4 faults dropped them to the 5th place at this 7th stage. Troublemakers, that « wretched » first jump, a vertical, and the n°9, a one stride oxer-vertical double that was a source of difficulty to a number of pairs.
Very regular since the first meeting of the season at Mexico City, the Valkenswaard United led here by Alberto Zorzi/Fair Light van’t Heike (ITA) and Jur Vrieling/ VDL Glasgow v. Merelsnest N.O.P. (NED) again showed a great deal of ease in the ring. If the first made a mistake at the entry to n°9, the clear round of his teammate and their fast culminated time (157’’2), allowed them to take control of this Cannes stage and conserve their second place on the leader board, behind the London Knights. Second today, the Miami Celtics have climbed to the 3rd place, they were followed by the Cascais Charms (18th overall) then the London Knights.
This 1.55m Prix Constance le Prince Maurice, a qualifier for the Grand Prix to follow, was equally open to riders competing as individuals and therefore offered an independent line-up. Giving a great performance, Egyptian Sameh El Dahan headed the class at the reins of Suma’s Zorro. He was followed by Olivier Philippaerts and H&M Legend of Love for Belgium and one of the most well known British riders, John Whitaker on Cassinis Chaplin.


For the final rendezvous of the evening – a track standing at 1.60m and 300,000 euros to be won - the Longines Global Champions Tour Grand Prix de la Ville de Cannes presented by Volvo Groupe Cavallari, Uliano Vezzani, the course designer, built an up-to height course, considered by many as being difficult and tricky. The treble, an oxer-vertical-vertical (2 strides -1 stride), back to the door, meant riders had to hold their horses and slow the cadence whilst conserving bounce in order to get through it, whilst the final line, a very airy parallel – vertical, after a long gallop, gave athletes the option either 6 or 7 strides. A difficult choice to which a large number didn’t find the right solution. Out of the 33 starters, the first clear round came with the eighth competitor, the « master » Ludger Beerbaum (GER). Multi-medallists and famous faces in World show-jumping were amongst the seven others qualified for the jump-off, names like Harrie Smolders (NED), Rolf-Göran Bengtsson (SWE) or Simon Delestre (FRA). Proof of their supremacy, not one of them touched a pole during this second part of the class, only the time divided them. World number 1, Harrie Smolders riding the incredible Emerald, set off with real tempo and crossed the finishing line in 38’’46. Behind him, the pair Simon Delestre and Hermes Ryan who had the public behind him, galloped, further tightened the corners but didn’t manage to get in front of his predecessor, finishing in 38’’53. Barely beatable, it required the skill of the current European Champion, Peder Fredricson, and the power of Hansson WL to shave off those precious hundredths of a second and cross the line in 38’’05 to the stupefaction of spectators. « I had some fantastic sensations, I really had a lot of enjoyment in competing in this class ! The ring’s big, the track was very interesting and we were the perfect number in the jump-off. We all had fast horses, perhaps I took a few more risks ? I’m delighted, it’s a great win and I’m already starting to think about the big final at Prague that I hope to contest with Hansson » he commented after his round.


Getting the show underway this morning, 34 of the riders entered in the 1*CSI event, took part in the 1.30m Prix Bord Sol. Very much at ease in the arena here, Great Britain’s Nicola Wilson and her extremely good Naomi 55 added another win to her list this weekend after victory on Friday in the 1.25m Prix Giry Traiteur à 1.25m. Behind her, Ines van den Bosch/Infinity v.Heffinck (BEL) and Alexandra Crown/Basic (USA) were respectively 2nd and 3rd.

Following on, the 1.15m Prix Ausica Nature of Crins was taken by Kaan Demirag riding Le Jeune 3 for Turkey. Great Britain was again amongst those in the spotlight with the 2nd place of Florence Bellm/Southbound, France bought up the rear of the leading trio with the good showing of Stéphane Auriol and Gemme de Flandres Z.


The big class of the day, the Prix Croisette Beach Hôtel, a 1.40m speed class, saw the top 32 couples of the 1*CSI in the starting blocks. The big favourite in the class, Switzerland’s Sandrine Berger took risks with Calgary XI to try for a repeat of her masterly performances on Friday in the 1.35m and yesterday in the 1.40m. Unfortunately, 4 faults deprived her of a place at the prize-giving and it was France’s Vincent Bartin, who went all out on Caramba du Ruisseau Z, to take the lead. On great form, Great Britain’s Cressy Neads, who has been on the podium in every class she disputed this weekend, took another 2nd place with Lordanos Junior. 3rd place went to a familiar face at this Cannes show, Ignace Philips on Carla Colesta. France’s Guillaume Canet and Mélanie Lemoine Jondet were 4th and 5th.

PIETER DEVOS ENFLAMME LES HESPÉRIDES

PIETER DEVOS SETS THE HESPÉRIDES ON FIRE

Vendredi 8 juin 2018 / Friday 8th June 2018

Encore du grand sport sur le Stade des Hespérides qui accueillait aujourd’hui la deuxième journée du Jumping International de Cannes, support du Longines Global Champions Tour (LGCT). Ambiance et effervescence pour le public cannois venu nombreux assister aux cinq compétitions et deux temps forts du jour, le Grand Prix Locarama du CSI1* à 1.40m et le Prix E.Leclerc à 1.55m pour le CSI5*qui sacre Pieter Devos.

Dans cet ultime rendez-vous de la journée doté à 61 000 euros et comptant pour le classement mondial, 51 cavaliers étaient alignés au départ. Se jouant sur un premier tour puis un barrage, le parcours proposé par le célèbre chef de piste Uliano Vezzani, demandait aux couples 16 efforts sur 13 obstacles. Véritable juge de paix, le triple vertical-vertical-oxer en n°7 aura causé de nombreuses déconvenues ; ni Kevin Staut ni Roger-Yves Bost pourtant dans les meilleurs atouts français n’en sortiront indemnes. Grand favori, le n°1 mondial Harrie Smolders sera un des quatorze à accéder au barrage mais une faute et un temps de 49’’46 le relégueront à la 11ème place. Seule tricolore à être restée dans la course, Alexandra Paillot réalise un magnifique parcours et signe la meilleure performance féminine de l’épreuve avec une 5ème place (37’’71). Définitivement en forme, le Belge Niels Bruynseels, déjà 4ème du Prix FFE French Tour Generali à 1.45 m avec cette même Lady Cracotte et 7ème du Prix Hôtel Barrière le Gray d’Albion à 1.55m avec Gancia de Muze hier, abat le chronomètre à 35’’81 et reste jusqu’à l’ultime concurrent, premier au provisoire. Dernier à s’élancer, son coéquipier et meilleur ami Pieter Devos, 2ème de la grosse épreuve de la veille, sait qu’il faut tout risquer s’il veut avoir une chance de l’emporter. « Je savais que je devais aller très vite. Niels m’a même conseillé d’enlever des foulées entre le n°1 et le n°2, mais j’ai gardé ma ligne de conduite. J’ai aussi eu la chance de passer en dernier, c’est toujours un avantage » confiait le trentenaire qui, en arrêtant le temps à 35’’26, accroche, avec Apart, une nouvelle victoire à son palmarès. Cameron Hanley à nouveau en selle sur Eis Isaura prend la 3ème place en 36’’21 et porte haut les couleurs irlandaises. Peder Fredricson (SWE) et Hansson WL sont 4èmes (37’’17).

Un peu plus tôt dans la soirée, 34 cavaliers du 5* se sont élancés sur le Prix Hôtel Martinez qui se courrait au chronomètre. Comptant également pour la ranking list mondiale, les athlètes, venus glaner de précieux points, ont abattu leurs cartes sur 1.45m. 2ème à partir, l’Irlandais Denys Lynch/Fairview Aliquidam sort de piste sans pénalité à 65’’45, fixant ainsi le temps de référence. Juste derrière, Jane Richard Philips et Izmir van de Baeyenne pour la Suisse, lui arrachent plus d’une seconde et descendent à 63’’81. Un temps difficile à battre, qui permettra à la cavalière Longines de prendre la 3ème place au classement final. En n°16, le tricolore Olivier Robert, ultra rapide sur Cache V, finit à 62’’91 et restera longtemps en tête de l’épreuve. Il faudra la dextérité de Cameron Hanley (IRL) et Eis Isaura, pour faire tomber le chronomètre encore plus bas. 61’’18 qui leur permettront de rafler la victoire et de se préparer pour le Prix E.Leclerc (ci-dessus).
 

Compétition attendue, le Grand Prix Locarama voyait la fine fleur des cavaliers du CSI1* s’envoler sur des barres à 1.40m. Les têtes d’affiches de la catégorie à l’image de Vincent Bartin (FRA), Claire Beecroft (GBR) ou Guillaume Canet (FRA), déjà respectivement sur le podium de l’épreuve précédente – le Prix GBS Sellier à 1.30m – venaient ici jouer leur va-tout avec leur cheval de tête. Des performances difficiles à réitérer dans cette épreuve sauf pour l’acteur et réalisateur, qui avec Sweet Boy d’Alpa prend la 5ème place malgré une faute. Devant lui, on retrouve un quatuor féminin emmené d’une main de maitre par la jeune et talentueuse Suissesse Sandrine Berger/Calgary XI, déjà vainqueur du Prix Direction des Sports de la Ville de Cannes (1.35m) hier. « Mon cheval a été fantastique. Avec lui, j’ai juste à penser à ma distance et il fait tout le reste, il est incroyable ! Aujourd’hui, je savais que si je ne me trompais pas trop, il était possible de gagner à nouveau. J'ai acheté Calgary à 6 ans, il en a 11 maintenant, on se connaît donc depuis un certain temps. Je repartirai demain dans la 1.40m, alors pourquoi pas croire au Jamais deux sans trois ! » confiait la cavalière en sortie de piste. A sa suite, sont respectivement 2ème, 3ème et 4ème, la locale Mélanie Lemoine Jondet/Ellington JSX, la Britannique Cressy Neads/Lordanos Junior et à nouveau une Française Ramatou Ouedrago/Consul DL Vie Z.


Première épreuve de la journée, le Prix Cannes Riviera (1.15m) a sacré le cavalier Israélien Tomer Ziv et sa jument Chaska. IIs sont suivis de Chloe Botella/Amazone de Rubercy et Dylan Valence/Quastille Belle Menée pour la France.

Yet more great sport at the Hespérides Stadium as it welcomed the second day of the Jumping International de Cannes, which is also host to the Longines Global Champions Tour (LGCT). The large number of spectators who came to watch were treated to first class entertainment in the 5 classes which included the days’ two highlights, the 1*CSI 1.40m Grand Prix Locarama and the 5* CSI Prix E.Leclerc, disputed over jumps standing at 1.55m that crowned Pieter Devos.

51 riders lined up in the starting blocks for this final rendezvous of the day carrying a 61,000 euro purse and counting towards the World Rankings list. Playing out with a first round followed by a jump-off, the track built by the well known course designer Uliano Vezzani, was comprised of 13 obstacles and 16 jumping efforts. Number 7, a vertical-vertical-oxer acted as judge and jury and proved itself a source of frustration to a large number ; neither Kevin Staut nor Roger-Yves Bost despite being the best French assets didn’t escape unscathed. The huge favourite, World n°1 Harrie Smolders was one of the fourteen who reached the jump-off but a fault and a time of 49’’46 relegated him to 11th place. The only home nation rider remaining in the race, Alexandra Paillot, rode a beautiful round and indeed was the top performing female rider in the class finishing in 5th place (37’’71). Definitely on top form, Belgium’s Niels Bruynseels, already 4th in the 1.45m Prix FFE French Tour Generali with Lady Cracotte and 7th in the 1.55m Prix Hôtel Barrière le Gray d’Albion on Gancia de Muze yesterday, dropped the time to beat to 35’’81 and remained at the top of the scoreboard right up until the final competitor. Last to go, his teammate and best friend Pieter Devos, 2nd in the previous days’ big class, knew he had to risk everything to have a chance of winning. « I knew that I had to go very fast. Niels even suggested that I should take out strides between n°1 and n°2, but I stuck to my original plan. I also had the luck of being last to go, it’s always an advantage » confided the rider who, by stopping the clock at 35’’26, added, with Apart, a new win to his already considerably long list. Flying the flag for Ireland, Cameron Hanley on board Eis Isaura was 3rd, finishing her round in 36’’21. Peder Fredricson (SWE) and Hansson WL were 4th (37’’17).
 

Slightly earlier in the evening, 34 riders competing in the 5* event competition took the start in a 1.45m speed class, the Prix Hôtel Martinez. Counting for World Rankings, the athletes, competing to collect precious points, threw their cards down in the arena on their second rides. 2nd to go, riding for Ireland, Denys Lynch/Fairview Aliquidam left the ring clear in 65’’45, thus fixing the time to beat. Coming just behind, Jane Richard Philips on Izmir van de Baeyenne for Switzerland took more than a second off the time dropping it to 63’’81. A time that proved difficult to beat, and which put the Longines rider into third place in the final line-up. Number 16 on the start-list, Frenchman Olivier Robert, ultra fast on Cache V, finished the course in 62’’91 and remained the leader for a long moment. […]. No one went faster until Cameron Hanley (IRL), riding for the occasion, Eis Isaura, she made use of all her skill by stopping the clock at 61’’18, which allowed her to seize victory.
 

The eagerly awaited, Grand Prix Locarama saw the best of the 1*CSI contenders flying over poles set at 1.40m. The stars in this category, like Vincent Bartin (FRA), Claire Beecroft (GBR) and Guillaume Canet (FRA), who were already placed 1, 2 and 3 on the podium in the previous class – the 1.30m Prix GBS Sellier – came here to give it everything with their top rides. These performances were difficult to repeat in this class except by the actor and director, who with Sweet Boy d’Alpa rode into 5th place despite a fault. In front of him, four woman masterly led by the young and talented Swiss rider Sandrine Berger/Calgary XI, winner of the Prix Direction des Sports de la Ville de Cannes (1.35m) yesterday. « My horse was fantastic. With him, I just have to think about my distances and he does the rest, he’s incredible ! Today, I knew that if I didn’t make too many mistakes, it would possible to win again. I bought Calgary as a 6 year-old, he’s is 11 now so we’ve known each other for a while now. I will be taking the start again tomorrow in the 1.40m, so why not believe that everything comes in threes ! » confided the rider after leaving the ring. Following her, and respectively in 2nd, 3rd and 4th place, the locally based Mélanie Lemoine Jondet/Ellington JSX, Great Britain’s Cressy Neads/Lordanos Junior and France’s Ramatou Ouedrago/Consul DL Vie Z.
 

First test of the day, the Cannes Riviera Prize (1.15m) crowned the Israeli rider Tomer Ziv and his mare Chaska. They are followed by Chloe Botella/Amazone de Rubercy and Dylan Valence/Quastille Belle Menée for France.

PREMIÈRES VICTOIRES SUR LA CROISETTE
FIRST VICTORIES ON THE CROISETTE

Jeudi 7 juin 2018 / Thursday 7th June 2018

Les festivités ont débuté ce matin sur le Stade des Hespérides avec l’ouverture de la 37ème édition du Jumping International de Cannes, 7ème étape du Longines Global Champions Tour (LGCT). 3 jours de grand sport où jeunes talents et meilleurs mondiaux évoluent au fil des heures sur des épreuves de 1.10m (CSI1*) à 1.60m (CSI5*). Compétition la plus attendue de ce jeudi 7 juin, la GCL a vu les duos les plus célèbres de la planète s’affronter par équipe sur une épreuve au chronomètre à 1.55m. 19 tandems aux couleurs des Miami Celtics, des Rome Gladiators ou des Cannes Stars pour ne citer qu’eux… et 13 individuels, ont galopé tambour battant pour s’imposer sur ce Prix Hôtel Barrière Le Gray d’Albion Cannes.

1ers au classement provisoire après la 6ème escale des 16 du circuit, les London Knights représentés ici par Olivier Philippaerts (BEL) et Ben Maher (GBR) n’ont pas démérité, mais les 4 points du cavalier britannique et leurs temps cumulés de 158’’48 les relèguent à la 5ème place à l’issue de cette première étape.  Très en forme, le Belge Niels Bruynseels, déjà 4ème de la première épreuve du CSI5* un peu plus tôt dans la soirée, signe un sans faute rapide sur Gancia de Muze et permet au Prague Lions de prendre la tête au provisoire après que son coéquipier Ales Opatrny/VDL Fakir (CZE) ait également réalisé le « clear round » arrêtant l’horloge Longines à un total de 162’’00. Derrière eux, les Miami Celtics emmenés par Jessica Springsteen/RMF Swinny du Parc (USA) et Cameron Hanley/Quirex (IRL) affichent eux aussi un score nul en 163’’24. Troisièmes, les Chantilly Pegasus, plus rapides (146’’83) sont privés de la tête par les 4 points de Roger-Yves Bost et Sunshine du Phare (FRA). Son partenaire Carlos Enrique Lopez Lizarazo en selle sur G&C Arrayan (COL), [monture avec laquelle Sergio Alvarez Moya remportait le Grand Prix de Cannes en 2017], signe un tour à couper le souffle et réalise le meilleur temps de la soirée : 70’’16. Le couple rafle alors la victoire en individuel devant le Belge Pieter Devos sur Espoir 74’’59 et Alexis Deroubaix, qui pour une première participation au Jumping de Cannes, a fait rayonner les couleurs françaises. Avec Timon d’Aure, ils sortent de piste en 74’’62.

Précédant cette épreuve, le Prix FFE French Tour Generali à 1.45m ouvrait les hostilités du CSI5* avec 67 cavaliers en compétition dont de nombreuses stars de la discipline comme Harrie Smolders (NED), Peder Fredricson (SWE) ou Kevin Staut (FRA), respectivement n°1, 3, 4 au classement mondial mais également Edwina Tops Alexander (AUS), Ben Maher (GBR) et Scott Brash (GBR), les 3 premiers au classement provisoire du Longines Global Champions Tour à cette date. 1er à boucler un parcours sans pénalité, le Saoudien Kamal Abdullah Bahamdan/Asathir établit le temps à battre à 29’’08. Jur Vrieling partant en n°16 pour les Pays-Bas fait nettement descendre le chronomètre à 24’’02 mais écope de 4 points. Julien Epaillard/Usual Suspect d’Auge, n°19 de l’épreuve et premier français au ranking provisoire du LGCT, montre dès ce soir qu’il faudra compter avec lui ce week-end en signant un superbe sans faute en 24’’90 qui lui offre la 2ème place. N°29, l’Egyptien Abdel Said associé à Hope Van Scherpen Donder abat encore le temps à 24’’29 ! Il reste intouchable et s’adjuge ainsi la victoire ! 3ème le Qatari Bassem Mohammed boucle son parcours en 24’’95 sur Argelith Squid.

 

Premiers à ouvrir le bal ce matin, les cavaliers du CSI1* avaient l’opportunité de concourir dans 3 épreuves. Le Prix Massey Ferguson à 1.10m , qui inaugurait le concours cannois sous un magnifique soleil, a récompensé les mérites d’une famille française puisque c’est le jeune Sebastien Planchat/Crystal Clear qui s’empare de la tête (28’’30), suivi de sa mère Patricia Bardon Planchat sur Quadrille de la Cour (28’’73). Le podium est complété par un autre couple tricolore Dylan Valence et Quastille Belle Menée (28’’83).

 

A la suite se jouait le Prix Giry Traiteur à 1.25m où s’alignaient au départ quelques fidèles du Jumping Cannois dont le redoutable belge Ignace Philips, qui dès ce premier jour obtient une place à la remise des prix en terminant quatrième (31’’71) de l’épreuve. Devant lui, la Britannique Nicola Wilson en selle sur Naomi 55 prend la pole position en 29’’45, la Française Maelle Martin/Utha du Priel est deuxième (30’’67), l’Italien Giorgio Sacco/Gazelle van’T Klavertje Vier, troisième.

 

Le Prix Direction des Sports de la Ville de Cannes voyait les cavaliers les plus aguerris du CSI1* s’élancer sur des barres à 1.35m. Se jouant de toutes les difficultés, c’est Sandrine Berger associée à Calgary XI qui, arrêtant le chronomètre à 30’’02, décroche une première victoire pour la Suisse. Cressy Neads sur Lordanos Junior pour le Royaume-Uni la poursuit de près avec un temps de 30’’65 tandis que le couple danois Gustav Christian Jacobsen et Fayot ferment la marche en 33’’21.

 

This morning festivities got underway at the Hespérides stadium as the 37st Jumping International de Cannes, 7th stage of the Longines Global Champions Tour opened (LGCT). 3 days of exciting sport where young talent and the World’s best compete in classes ranging from 1.10m (1*CSI) to 1.60m (5*CSI). The most eagerly awaited class of this Thursday, June 7, the GCL saw teams of the most famous duos on the planet confronting each other in teams in a 1.55m speed class. 19 tandems carrying names such as the Miami Celtics, the Rome Gladiators or the Cannes Stars to name but a few…, and 13 individuals galloped with determination in order to try and dominate in the Prix Hôtel Barrière Le Gray d’Albion Cannes.

At the top of the leader board following St Tropez, the 6th stage out of the 16 on the circuit, the London Knights represented here by Olivier Philippaerts (BEL) and Ben Maher (GBR) were not undeserving, but the 4 points of the British rider and their cumulated time of 158’’48 relegated them to 5th place at the end of this first round. On top form, Belgian Niels Bruynseels, who was 4th earlier in the evening in the 5*CSI’s opening class, flew round clear on Gancia de Muze, stopping the Longines clock at 162’’00 and allowing the Prague Lions to take the lead, his teammate Ales Opatrny/VDL Fakir (CZE) having also jumped clear just before. Behind them, the Miami Celtics led by Jessica Springsteen/RMF Swinny du Parc (USA) and Cameron Hanley/Quirex (IRL) also finished with zero faults in a time of 163’’24. Third, the Chantilly Pegasus, faster (146’’83) but deprived of the win by the fault of Roger-Yves Bost and Sunshine du Phare (FRA). His fellow team member Carlos Lopez on G&C Arrayan (COL), [the ride on whom Sergio Alvarez Moya took the Cannes Grand Prix in 2017], rode a breathtaking round that proved to be the fastest of the evening : 70’’16. The couple therefore took individual victory in front of Belgian Pieter Devos on Espoir 74’’59 and Alexis Deroubaix, participating for the very first time at the Jumping de Cannes, and absolutely shining for France. Riding Timon d’Aure, he left the ring with a clear in a time of 74’’62.

 

Before this class, the 1.45m Prix FFE French Tour Generali opened the 5*CSI hostilities with 67 riders on the start list including a large number of the disciplines’ stars including the World n°1, 3, and 4, Harrie Smolders (NED), Peder Fredricson (SWE) and Kevin Staut (FRA), but also Edwina Tops Alexander (AUS), Ben Maher (GBR) and Scott Brash (GBR), the 3 who are currently at the top of the Longines Global Champions Tour leaderboard. 1st to leave the ring without penalties, the Saudi Kamal Abdullah Bahamdan/Asathir established the time to beat at 29’’08. Jur Vrieling who was n°16 to go for the Netherlands went considerably faster, dropping the time to 24’’02 but had 1 fault (4pts). Julien Epaillard/ Usual Suspect d’Auge, n°19 on the start list and first French rider to appear on the LGCT rankings, showed this evening that he is going to make his presence felt here this week-end by offering himself 2nd place with a superb clear round in 24’’90. N°29, Egyptian Abdel Said associated with Hope Van Scherpen Donder dropped the time even lower to 24’’29 ! He remained untouchable right to the end and claimed victory! 3rd place went to Qatari Bassem Mohammed who finished his round in 24’’95 on Argelith Squid.

 

The 1*CSI competitors had the honour of getting the ball rolling in the 3 classes on offer to them this morning. The 1.10m Prix Massey Ferguson, which launched this Cannes show on this wonderfully sunny day, rewarded the merit of a French family, the young Sébastien Planchat/Crystal Clear seizing the lead (28’30), just in front of his mother, Patricia Bardon Planchat who was riding Quadrille de la Cour (28’73). The line-up was completed by another French couple, Dylan Valence and Quastille Belle Menée (28’83).

 

Contested next was the 1.25m Prix Giry Traiteur which saw amongst the starters a number of regulars here at this Cannes rendez-vous, including the formidable Belgian Ignace Philips, who gained a place at the prize-giving on this opening day by finishing 4th(31’71) in the class. In front of him, Nicola Wilson representing Great Britain who was partnering Naomi 55 took pole position, signing a round in 29’45, Maelle Martin (FR)/ Utha du Piel was second (30’67), and Italian, Giorgio Sacco/Gazelle van’T Klavertje Vier, third.

 

The “Prix Direction des Sports de la Ville de Cannes” saw the most seasoned 1*CSI riders competing over course standing at 1.35. Overcoming the tracks’ difficulties with ease, it was Sandrine Berger riding Calgary XI who, by stopping the clock at 30’’02, claimed victory for Switzerland. Cressy Neads on Lordanos Junior for Great Britain followed closely with a time of 30’’65 whist the Danish couple of Gustav Christian Jacobsen and Fayot completed the leading trio in 33’’21.

PORTRAITS CROISÉS DE DEUX CAVALIÈRES DANS LE VENT !
PORTRAITS OF TWO MODERN RIDERS!

Mercredi 30 mai 2018 / Wednesday 30th May 2018

Dans moins de 10 jours, le Stade des Hespérides ouvrira ses portes à l’un des événements les plus glamours de la croisette, la 37ème édition du Jumping International de Cannes. Septième étape du Longines Global Champions Tour, Cannes accueillera cette année encore les plus grandes stars du saut d’obstacles du 7 au 9 juin 2018. A leurs côtés, les étoiles montantes du Jumping seront également présentes à l’image des brillantes Lilli Hymovitz, 19 ans (USA), vainqueur du Grand Prix du CS1* en 2017, aussi talentueuse qu’influenceuse (23 000 abonnés sur Instagram) et de Jessica Arene-Denon, 33 ans, cavalière régionale menant de front vie professionnelle très active et compétitions de haut niveau.

In under 10 days, the doors will open at the Hespérides Stadium, revealing one of the most glamorous events on the Croisette,  the 37st Jumping International de Cannes. In what is the seventh stage of the Longines Global Champions Tour, Cannes will again welcome, from the 7th to the 9th of June, show-jumping’s big names. Alongside them, talented rising stars of the sport, like Lilli Hymovitz, winner of the 1*CSI Grand Prix in 2017, a worthy representative of an up and coming American generation, and Jessica Arene-Denon, a local rider who combines her very busy professional life with top level competition.

 

 

Quels sont vos objectifs pour la saison 2018 ? 

Mes objectifs sont de bien monter, de garder mes chevaux heureux et en pleine forme et de continuer à progresser dans les épreuves avec eux. Ensuite en août, j’ai pour but de faire le CSI 2* Grand prix au Hampton Classic, l’un des plus gros concours de mon calendrier estival. D’ailleurs j’espère y monter le cheval avec qui j’ai gagné à Cannes l’an dernier, peut-être que nous aurons la même chance ! 
 

Pouvez-vous nous parler de vos chevaux ? Quel est votre cheval de tête ? 

Actuellement, j’ai 4 chevaux qui concourent. J’ai Verdi, avec qui j’ai gagné à Cannes et avec qui j’espère sauter le 2* cet été si tout va bien. Je dirai évidemment qu’il est mon cheval de tête, et peut-être même secrètement mon préféré !  Verdi est le plus incroyable des chevaux que j’ai pu monter. Sa force, sa confiance, le sentiment qu’on a quand on est dessus, c’est incomparable… Ensuite Zernike, que j’ai depuis un moment maintenant, c’est le plus amusant et le plus fiable, pour moi c’est le cheval idéal à monter. Avec lui, j’ai appris à avoir confiance en moi, et ce sur n’importe quelle épreuve avec n’importe quel cheval. Je monte Cylana aussi maintenant, grâce à ma soeur Cloe, et c’est très excitant, elle est vraiment incroyable. Je l’ai assez peu montée en concours pour l’instant, je suis encore en train de trouver ma place avec elle ! Enfin, j’ai un nouveau cheval qui s’appelle Rio, je viens de l’avoir donc je commence tout juste à faire sa connaissance ! J’irai m’amuser avec cet été dans les moyennes et grosses épreuves pour m’entraîner !
 

Comment arrivez-vous à gérer l’équitation à haut niveau et votre vie de tous les jours, vos autres activités ?

Même si ça peut parfois être difficile d’équilibrer l’équitation et mes autres centres d’intérêts, j’ai la chance de pouvoir passer du temps avec les personnes que j’aime et faire des activités à côté. Si jamais je suis stressée parce que je n’arrive pas à gérer mon temps correctement, ou si je m’inquiète de ne pas réussir à atteindre tous mes objectifs que je me suis fixée, j’essaye de me rappeler de vivre le moment présent. De cette façon, je suis complètement concentrée et attentive à mon activité et je peux donc faire de mon mieux. Non seulement je réussis mieux, mais ces expériences deviennent aussi très agréables car je suis moins stressée.
 

En dehors du concours, avez-vous pris le temps de profiter de la ville de Cannes ? Avez-vous un endroit favori ? Des conseils pour les cavaliers et spectateurs venus de loin ? 

Ma famille et moi, on a fait en sorte d’avoir du temps pour profiter de la superbe ville de Cannes ! Nous avons passé un très bon moment à marcher sur le vieux port pendant la journée. Je conseille d’y faire une balade sur les quais, de s’asseoir et d’apprécier la vue. Il faut penser aussi à aller dans un des très bons bateaux restaurants là-bas. Le coucher de soleil était incroyable ce soir-là, j’aurais aimé ne jamais partir ! 

Lilli, coming from the USA, does the Jumping of Cannes has a special taste for you?

The Longines Global Champions Tour of Cannes is such an incredible venue. The city of Cannes was most definitely a highlight of my time in Europe- not only because it was the most amazing weekend in the ring, but also because the city is such a beautiful venue. It is so clear how excited the crowd of spectators in Cannes are. Their energy is palpable every time you walk into the ring. The excitement that people there have about show jumping makes the horse show feel that much more important. I believe that the added pressure and excitement of the venue encourages riders to, including myself, to perform at the best of their ability- making the sport reach its peak level of competition. 
        
We remember your great win in the CSI 1* of Cannes last year, can you tell us more about it? 

It was the most incredible feeling winning the CSI 1* last year in Cannes. Whenever I am asked what win I am most proud of in my riding thus far, I always say my win in Cannes. Winning that class on such a big stage, against such a competitive group of riders, with my whole family there and the national anthem playing, was a moment that I will never forget. I am lucky enough to also have the most amazing team behind me that made the win even more special. Working day in and day out with my trainer, Brianne Goutal, our Barn manager, Martina Natali, and the rest of our team while we were in Europe is a privilege, in and of itself. Walking out of the ring after winning, and having my team standing there with my family, everyone with a smile on their face, was the highlight of that day.

What are your goals for this season?
My goals are to consistently ride well, keep my horses happy, and continue moving up divisions with them. Then, by August, I am aiming to jump the Saturday 2* Grand Prix, at one of my biggest shows on our summer schedule, The Hampton Classic. I will actually be hoping to jump that class on the horse I won Cannes on- so hopefully, we have the same sort of luck!! 

 

Can you tell us about your horses? Are you focusing on one in particular? Do you have a favorite or a leading horse?

Currently I have four horses showing! I have Verdi, who I won with in Cannes, and who I also hope to jump in the 2* this summer - if all goes well!!  I would definitely say that he is my leading horse, and maybe possibly secretly my favorite! Verdi is just the most amazing animal that I’ve ever ridden. His power, his confidence, the feeling you get when you are on him, it is incomparable…Then Zernike, who I’ve had for a while now, is the most fun, dependable, and my ideal horse to ride. He has given me more confidence than I ever could’ve imagined going into the bigger classes- no matter which horse I’m on. I also, now, am riding Cylana thanks to my sister Cloe- which is very exciting!! She really is a dream. I have only gotten to show her a handful of times so far, I am still getting used to her and figuring it all out! And then I have a more new horse named Rio, I just leased him at the end of WEF so I’m also just starting to get to know him! He will be one for me to have fun on this summer, in the mediums and highs, helping me practice! 
 

How do you manage your life between your riding career and your daily life and other activities?

Although it can be a challenge sometimes to balance riding with my other pursuits, I am incredibly fortunate and grateful also to be able to spend time with the people I love and pursue different interests of mine. If I ever get stressed about not managing my time correctly or worry about not reaching all of the goals that I set for myself, I try to remind myself to come back to the present moment. That way I am able to be fully present in each activity, to pay attention to each moment that I am in and perform at my very best. Not only, then, does each activity become more successful for me, but also, those experiences become much more enjoyable, because I truly am much less stressed.
 

Besides the showjumping, do you happen to have time to enjoy the city of Cannes? Do you have any favorite places? Any advice for spectators?

My family and I definitely made time to enjoy the amazing city of Cannes! We had a great time, during the day, walking around Le Vieux Port. Head there and just take a stroll along the walkway and enjoy the views and walk into one of the amazing boat restaurants right there. The sunset there was incredible, and I felt like I never wanted to leave! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les prochains concours auxquels vous pensez participer après Cannes ?

Probablement Megève, Cagnes-sur-Mer et peut-être San Remo, mais rien n’est encore sûr.

Pouvez-vous nous parler de votre jument Rolex du Lavoir ? 

J’ai acheté Rolex fin 2015, après que ma jument de concours soit décédée très brutalement. Rolex et moi avons très vite formé un couple qui se classait. Rolex est une jument exceptionnelle mais elle a eu des soucis de santé. Elle donne énormément quand elle est sur les terrains de concours, elle en arrive même parfois à être au-dessus ses capacités physiques. Je dois réussir à la ménager !

En dehors du concours, est-ce que vous prenez le temps de profiter de la ville de Cannes ?

Pas vraiment non, je vis sur place donc je connais Cannes comme ma poche. Je préfère profiter du concours essentiellement. Mais pour ceux qui ne connaissent pas, il faut aller manger au Bobo Bistrot, se détendre au Posto Pubblico et faire du shopping sur la rue d’Antibes ou au bord de la Croisette ! Je recommande aussi le marché à Forville le dimanche matin et bien sur il faut visiter les îles de Lérins et le quartier du Suquetx

Jessica, as a locally based rider, does the Jumping de Cannes have a particular appeal ?

I come to the Jumping de Cannes every year not only because it’s close to where I’m based, but above all because it’s a genuine opportunity to be able to compete alongside very high class riders. By design the Jumping de Cannes is special, it’s a show built from scratch, on an exceptional site set between land and sea.

What’s are your aims at Cannes this year ? And for the 2018 season in general ?

Normally at Cannes I take part in the Big Tour and the 1*CSI Grand Prix, but my mare was injured last year and only returned to work in March. Therefore the objective this year is to quietly get back going again, have fun, and perhaps even aim for a placing. On the whole, professionally the year is going to be a busy one for me, and I risk being extremely occupied. I’ll have do everything I can to maintain my level, the horse, well she already knows how to do it all ! Otherwise I do have plans to buy another horse very soon.

How do you manage work and top level equestrianism ?

My stables are at home, which is considerable advantage ! Besides that, my trainer Cécile Bouzinac works the mare for me, she does 90% of the work, including work on the ground. If I find the time to ride once during the week in addition to competing, I’m happy. In the years to come I hope to be able to free up more time.

Where do you think you’ll be going after Cannes ?

Probably Megève, Cagnes-sur-Mer and perhaps San Remo, but nothing’s yet definite.

Can you tell us about Rolex du Lavoir, your mare ?

I bought Rolex at the end of 2015, after the sudden loss of my previous competition mare. Very quickly Rolex and I formed a winning partnership. Rolex is an exceptional mare but has health problems. She’s extremely generous whilst competing, sometimes even exceeding her own physical capabilities. I need to be careful with her!

Outside of the show, will you take the time to enjoy the town of Cannes ?

No, not really, I live here, so I know Cannes like the back of my hand. Primarily I prefer to make the most of the event. But for those who don’t know it, eat at the Bobo Bistrot, relax at the Posto Pubblico and go shopping on the rue d’Antibes or along the Croisette! I also recommend the market at Forville on Sunday morning and of course, you must visit the Lérins islands and the Suquet quarter!

Lilli, Le Jumping de Cannes a t-il une saveur particulière pour vous qui traversez l’Atlantique ?
 

L’étape du Longines Global Champions Tour à Cannes est un évènement incroyable ! Le Jumping de Cannes était très certainement le moment le plus marquant de mon séjour en Europe – non seulement parce que c’était le meilleur week-end de concours mais aussi parce que la ville est vraiment magnifique. C’est impressionnant de voir à quel point le public est enthousiaste à Cannes. L’énergie est palpable à chaque fois qu’on entre sur la piste. Cette excitation rend ce concours encore plus important pour moi. Je pense que la pression et l’excitation de Cannes font que les cavaliers, moi y compris, se donnent à fond pour concourir à leur plus haut niveau et ainsi donner le plus beau spectacle. 

On se souvient de votre belle victoire dans le CSI 1* de Cannes en 2017, pouvez-vous nous en dire plus ? 
 

Gagner le CSI 1* de Cannes, c’était incroyable ! Quand on me demande de quelle victoire je suis la plus fière jusqu’ici, je réponds toujours ma victoire à Cannes. Gagner une épreuve d’une si grosse étape, contre des cavaliers si compétitifs, avec toute ma famille présente et l’hymne national joué pour moi, c’est un moment que je n’oublierai jamais. Je suis aussi chanceuse d’avoir la meilleure équipe à mes côtés qui a fait de cette victoire un moment encore un peu plus spécial. C’est un véritable privilège de travailler au quotidien avec mon entraîneur Brianne Goutal, la gérante des écuries Martina Natali, et le reste de l’équipe qui était avec nous en Europe. Le plus beau moment de cette journée c’était sans aucun doute ma sortie de piste après avoir gagné : toute mon équipe et ma famille étaient là, ils étaient si heureux !

Jessica, en tant que cavalière régionale, le Jumping de Cannes a-t-il un attrait particulier ?

Le Jumping de Cannes est un concours auquel je participe chaque année car ce n’est pas loin de chez moi mais surtout parce que je sais que c’est une réelle chance de pouvoir y participer et de concourir auprès de cavaliers de très haut niveau. Le Jumping de Cannes est particulier de par sa conception, c’est un concours monté de toutes pièces dans un lieu exceptionnel, situé entre terre et mer.

Quels sont vos objectifs pour Cannes cette année ? Et pour la saison 2018 en général ? 

A Cannes habituellement je participe au Big Tour et au Grand Prix du CS1* mais ma jument s’est blessée l’an dernier, et on a repris le travail en mars seulement. Cette année, l’objectif est donc de se remettre en route tranquillement, de s’amuser et pourquoi pas d’aller chercher un classement. De manière générale, cette année va être particulièrement remplie pour moi professionnellement parlant,et je risque d’être très prise. Je vais donc faire le maximum pour me maintenir en forme, le cheval, lui, sait faire ! Mais sinon j’ai quand même pour projet d’acheter un autre cheval très bientôt. 

Comment gérez-vous le travail et l’équitation à haut niveau ? 

J’ai les écuries au sein de ma propriété, c’est un atout non négligeable ! A côté de ça, ma coach Cécile Bouzinac travaille la jument pour moi, elle fait 90% du travail, même pour le travail à pied. Moi si j’ai le temps de la monter une fois dans la semaine en plus des concours, je suis déjà contente. J’espère pouvoir me dégager plus de temps dans les années à venir. 

LES STARS DU JUMPING FERONT ESCALE À CANNES !

SHOW JUMPING STARS STOPOVER AT CANNES!

Mercredi 28 mars 2018 / Wednesday 28th March 2018

 

 

Subtil mélange entre glamour et sport de haut niveau, le Longines Global Champions Tour (LGCT) Jumping International de Cannes s’installe à nouveau du jeudi 7 au samedi 9 juin 2018, dans la célèbre ville des stars. Reconnue mondialement pour son festival et sa montée des marches, Cannes déroulera à nouveau son tapis rouge aux meilleurs cavaliers de la planète, pour le plus grand plaisir des 15 000 spectateurs attendus.  
                  
Situé dans un décor exceptionnel au coeur de la French Riviera, proche des mythiques plages de sable fin de la côte d’Azur, de la Croisette et du port de plaisance, le Jumping de Cannes sera cette année encore l’hôte de la 7ème étape du Longines Global Champions Tour. Champion Olympique, du monde, d’Europe, n°1 mondial… le palmarès du rendez-vous cannois est des plus prestigieux et les meilleurs athlètes plébiscitent chaque année ce Jumping, dont la dotation est l’une des plus belles du circuit. Pour accueillir au mieux l’élite du saut d’obstacles, les personnalités et le public, le Stade emblématique des Hespérides a bénéficié d’une cure de jouvence, achevée début 2018. Ainsi, un nouvel éclairage et une nouvelle pelouse synthétique dernière génération - facilitant le montage et le démontage de la piste, atténuant le bruit et la poussière - élèveront encore davantage les prestations haut de gamme réservées aux chevaux et aux cavaliers.

Sportivité, passion et élégance sont les maîtres mots du LGCT Jumping International de Cannes. À l’image de son palmarès d’exception, Sergio Alvarez-Moya (ESP) en 2017, Scott Brash (GBR) en 2016 et 2014 ou la Française Pénélope Leprévost en 2015 pour ne citer qu’eux, l’événement azuréen aligne chaque année un plateau sportif exceptionnel pour trois jours de compétition intense. Véritable bouquet final, le Longines Global Champions Tour Grand Prix de Cannes, organisé le samedi soir, mettra sous les feux des projecteurs les stars de la discipline sur un parcours délicat à 1m60 et doté à 300 000 euros. Pour se qualifier pour cet ultime temps fort, les couples pourront prendre le départ de la Global Champions League (GCL). Cette épreuve spécifique a la particularité de se courir par équipes de 3 à 5 cavaliers de nationalités différentes, avec au maximum deux cavaliers du Top 30 et au moins un cavalier de moins de 25 ans. Enfin, en parallèle du CSI 5* en nocturne, le CSI 1* ravira les cavaliers amateurs le jour, sur des tours allant de 1m10 à 1m40.
 

Après la nouvelle étape de St Tropez et avant celles de Paris et Chantilly, le LGCT Jumping International de Cannes est le 2ème des quatre rendez-vous français du Longines Global Champions Tour (LGCT). Crée par Jan Tops, le circuit aux 17 destinations ne cesse d’innover et de prendre de l’envergure. Ainsi, pour sa 13ème édition, le LGCT fera halte pour la première fois à St Tropez et Prague et conforte son image prestigieuse en étant présent dans les plus belles villes du monde comme Miami Beach, Shanghaï, Paris, Rome ou Doha. Autre innovation, le LGCT organise cette saison une double finale. En plus du dénouement du circuit à Doha (Qatar) prévu en novembre et remporté l’an passé par le Néerlandais Harrie Smolders, Prague accueillera en décembre la toute première GC Prague Play Offs. Organisée en indoor, cette finale est réservée aux seize meilleures équipes de la Global Champions League. Si les quatre meilleures d’entre elles seront automatiquement qualifiées pour les demi-finales, les autres devront se confronter en quart de finale, avant d’espérer intégrer les demies puis la grande finale à la dotation historique de 3 millions d’euros. Les vainqueurs individuels de chaque étape seront eux-aussi invités à fouler la piste de la capitale Tchèque pour courir le Longines Global Champions Super Grand Prix, ultime rendez-vous individuel où les compteurs sont remis à zéro. 
 

Fière de recevoir pour la 37ème année consécutive ce prestigieux Jumping et pour en faire profiter le plus grand nombre, la ville de Cannes prévoit un accès libre aux compétitions la journée, permettant ainsi aux passionnés et aux curieux de s’émerveiller devant ce spectacle sportif. Pour les épreuves nocturnes du CSI 5*, une billetterie est d’ores et déjà ouverte. Entre sport de haut niveau, paillettes et glamour, le Jumping de Cannes est depuis sa création en 1982 un événement incontournable et promet toujours une expérience inoubliable.
 

A subtle mixture of top level sport and glamour, the Longines Global Champions Tour (LGCT) Jumping International of Cannes returns to the famous town of the stars, between Thursday 7th and Saturday 9th June 2018. Recognised throughout the World for its festival and walk up the steps, Cannes rolls out the red carpet once more for the best riders on the planet, for the delight of the 15,000 spectators expected to attend.  

Set against an exceptional backdrop within the heart of the French Riviera, close to the marina, the Croisette and the mythical sandy beaches of the Côte d’Azur, the Jumping of Cannes will this year again play host to the 7th stage of the Longines Global Champions Tour. Olympic, World, European Champion, World n°1 … the list of winners is extremely prestigious and the best athletes plebiscite this event each year, which has one of the biggest purses on the circuit. To give the best possible welcome to the elite of show-jumping, VIPs and the general public, the emblematic Hespérides stadium has undergone a facelift, that was completed at the beginning of 2018. So, new lighting, the latest generation of synthetic turf – facilitating course building, reducing noise and dust –  raising even further the high class conditions reserved for horses and riders.

Sportsmanship, passion and elegance are the key words of the LGCT Jumping International of Cannes. Exceptional past winners such as, Sergio Alvarez-Moya (SPA) in 2017, Scott Brash (GBR) in 2016 and 2014 and French rider Pénélope Leprévost in 2015 to name but a few, shows how the Azur coast event attracts each year a remarkable line-up of starters for three days of intense competition. The crowning glory, the Longines Global Champions Tour Grand Prix of Cannes, taking place on Saturday evening, placing the stars of the discipline under the spotlight over a tricky 1.60m course and offering 300,000 euros of prize money. To qualify for this ultimate highlight, competitors can take part in the Global Champions League (GCL). This specific format has the particularity of being a team event, with teams of 3 to 5 riders of differing nationalities, a maximum of two riders from the Top 30 and at least one rider aged under 25. Finally, in parallel to the CSI 5* held in the evening, a CSI 1* run during the daytime will delight amateur riders, in classes run over jumps of 1.10m to 1.40m.
 

Coming after the new St Tropez stage, and before those held at Paris and Chantilly, the LGCT Jumping International of Cannes is the 2nd of the four French Longines Global Champions Tour (LGCT) rendezvous. Created by Jan Tops, the 17 destination circuit continues to grow and innovate. So, the 13th edition of the LGCT will be stopping for the first time at St Tropez and Prague, consolidating its prestigious image of being present in the most beautiful cities of the World such as Miami Beach, Shanghaï, Paris, Rome and Doha. Other innovation, the LGCT is this season organising a dual final. In addition to the climax of the circuit at Doha (Qatar) scheduled in  November, and won last year by Dutchman, Harrie Smolders, Prague will welcome the very first Global Champions Play Off in December. Organised indoors, this final is reserved for the sixteen best teams of the Global Champions League. If the four best teams automatically qualify for the semi-finals, the others must battle it out in the quarter finals, with the hope of reaching the semis, and then the big final that will be offering a record prize money of 3 million euros. In an ultimate individual rendezvous where the counters are reset at zero,  the Longines Global Super Cup invites the individual winners of each stage to compete in the ring at the Czech capital.
 

Proud of hosting for the 37th consecutive year this prestigious show-jumping event and so that the greatest number can benefit, the town of Cannes allows free access to daytime classes, so permitting lovers of the sport and the curious to watch with amazement the sporting spectacle. For the CSI 5* classes in the evenings, the booking office is already open. Between top level sport, glitter and glamour, the Jumping of Cannes since its creation in 1982 has been an event not to be missed, and continues to promise an unforgettable experience.
 

Logo Logines white_Plan de travail 1.png
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Facebook - White Circle

© 2018 by Jumping Cannes - Mentions légales